L’Inspection s’inquiète du fait que les gens évitent les prestations par peur.

On estime qu’un ménage sur dix ayant droit à des prestations n’en fait pas la demande. C’est l’avis de la nouvelle Inspection des impôts, taxes et douanes (IBTD), qui se préoccupe de cette question. Le superviseur souhaite que l’on fasse davantage pour s’assurer qu’ils demandent bien des allocations de soins, de loyer ou de garde d’enfants.

Ceci est particulièrement important car les prix du gaz, de l’essence et de l’électricité, entre autres, ont fortement augmenté récemment.

L’Inspection parle d’un « groupe considérable » qui n’a pas recours aux suppléments. Dans le même temps, l’IBTD reconnaît que les chiffres disponibles sont datés et ne fournissent pas une image sans ambiguïté. Cela montre encore plus clairement que le sujet ne fait pas l’objet d’une attention suffisante, selon le superviseur.

Si les ménages ne demandent pas de prestations, c’est en partie parce que le système est trop compliqué. En outre, l’Inspection pense que le scandale autour de l’allocation de garde d’enfants, dans lequel des dizaines de milliers de parents ont soudainement dû rembourser beaucoup d’argent, a provoqué l’anxiété de certains ménages. Par conséquent, ils n’osent pas demander les prestations.

Lire aussi:  L'extraction de gaz à Groningen passe en phase pilote lors de la prochaine année gazière

A l’heure où le pouvoir d’achat est mis à mal par une inflation galopante, l’Inspection se demande qui va prendre en charge la lutte contre le non-recours aux prestations.

« Le montant manqué des suppléments, un droit pour de nombreux ménages, pourrait bien être beaucoup plus élevé que le montant que de nombreux ménages reçoivent aujourd’hui au titre de la compensation du pouvoir d’achat », écrit le régulateur. L’IBTD fait référence aux mesures prises par le gouvernement pour réduire les prix de l’énergie, telles qu’une réduction temporaire de la TVA à partir du mois prochain.

Lire aussi:  Fastned augmente le prix de la recharge rapide en raison des prix élevés de l'énergie

L’IBTD a été créé en réponse au scandale des allocations. Le nouveau superviseur dirigé par l’ancien membre du Parlement Bart Snels ne se contente pas d’examiner les méthodes de travail des organes d’exécution, mais aussi les lois et règlements et le rôle des ministères en tant que clients.

Related articles

Share article

Derniers articles