Le journaliste qui a mis en place le reportage de Byron Castillo a signalé qu’il avait été menacé.

Ce vendredi midi en Argentine, la FIFA a annoncé la décision dans l’affaire Byron Castillo et Gustavo Alfaro a serré le poing : la plus haute instance du football a déterminé que l’Equateur pourra jouer la Coupe du Monde au Qatar et n’a pas donné suite à la demande du Chili, qui est passé de l’illusion de gagner la qualification sur le bureau à la déception. Après des mois d’incertitude, une solution a été trouvée et le journaliste qui avait avancé la version de la nationalité du jeune homme de 23 ans a avoué avoir subi des menaces tout au long du processus.

En avril, Sebastián Bejarano a tiré la sonnette d’alarme et suscité une agitation qui a atteint des dimensions inattendues. Le journaliste de Caracol a annoncé qu’après quelques enquêtes judiciaires, un problème dans le registre civil avait provoqué une erreur sur la nationalité du footballeur, qui n’a été vérifiée que maintenant. Bejarano avait évoqué un procès et laissé entendre qu’il s’agissait d’une peine ferme, mais il a ensuite donné une nouvelle version.

Alors que les répercussions de l’affaire s’amplifiaient au vu des possibilités qu’avaient le Chili et la Colombie – selon différents critères, même l’Italie apparaissait sur le radar – le journaliste a fait marche arrière et a clarifié certaines questions qu’il n’avait pas abordées dans son tweet initial et qui étaient pertinentes pour le sujet.

« À tout le peuple équatorien et à Byron Castillo lui-même, dites-leur qu’ils viennent de se qualifier pour la Coupe du monde au Qatar. Je réponds aux informations du Dr Luigi García, je n’ai rien contre vous. Salutations au beau pays et aux belles personnes que vous avez, profitez de la Coupe du monde », était le premier message d’une série de trois postés par le chroniqueur.

Après ce qu’il a vécu, le Colombien a déclaré dans une interview à Bolavip : « Je savais l’importance que cela pouvait avoir, c’était une question qui impliquait non seulement la fédération équatorienne, mais aussi la fédération chilienne et d’une certaine manière la fédération colombienne à cause de toutes les sanctions qui pouvaient être imposées dans ce cas ».

Bien qu’il ait revendiqué son travail journalistique et assuré que sa tâche était bien accomplie, il a avoué que tout ce qui a suivi n’a pas du tout été facile pour lui ou sa famille. « J’ai reçu pas mal de menaces contre moi et ma famille, j’en reçois encore via les réseaux sociaux, on me calomnie, mais j’essaie de ne pas y prêter attention, je savais que je pouvais avoir cette répercussion. » il a dit.

Lire aussi:  Officiel : L'Inter libère Alexis Sanchez pour Marseille

Il a ajouté : « J’ai eu le soutien de nombreux collègues face aux menaces, c’était la chose la plus difficile de toutes, mais cela valait la peine d’avoir fait ces recherches. Je n’ai aucun regret, il y avait quelque chose d’étrange et je voulais demander, j’espère que tout sera mis en lumière et que la vérité sera découverte au-delà de la décision de la FIFA ».

Qu’a dit l’avocat de Byron Castillo ?

« Ils essayaient d’ignorer trois institutions gouvernementales. S’ils étaient venus en Équateur pour se rendre compte de la situation, ils n’auraient jamais porté plainte », a assuré à Olé José Massú Espinel, l’avocat du footballeur.

« La FIFA et le TAS sont des instances sportives et n’auraient jamais pu ignorer les institutions équatoriennes. Le Chili a voulu contourner le ministère de l’intérieur, qui a délivré un passeport à Byron, le registre civil, qui lui a délivré son certificat de naissance et sa carte d’identité, et les décisions des juges constitutionnels », a-t-il expliqué à propos de la question qui tient en haleine les deux pays d’Amérique du Sud depuis quelques semaines.

L’avocat s’en est même pris aux autorités de la fédération de football du pays transandin. « Si au Chili, ils ont eu des doutes sur la nationalité de Byron aurait dû venir ici (en Équateur) pour déposer une plainte pénale et prouver qu’un document a été falsifié, qu’il a été utilisé frauduleusement et que Castillo est celui qui a forcé sa confection et l’a utilisé. Tout cela n’a pas pu être prouvé car cela n’a jamais eu lieu.ó, » il a tiré.

Pour éviter tout doute, Espinel a fait remarquer que Byron « est né à Playas », la ville équatorienne également connue sous le nom de General Villamil et, en même temps, il a expliqué que « Castillo n’a jamais eu de plainte contre lui ; c’est lui qui a entamé des actions contre le registre civil parce qu’ils avaient suspendu sa carte d’identité en raison d’une prétendue irrégularité dans un certificat, chose qui a été corrigée par la suite ».

Lire aussi:  André - Pierre Gignac surprend en posant dans un maillot de Boca

Related articles

Share article

Derniers articles

1win%3A Олицетворение Азарта и Удачи В Онлайн Играх

1win%3A Олицетворение Азарта и Удачи В Онлайн Играх"1win Официальный Сайт Букмекерской Конторы 2023 Онлайн Ставки на Спорт%2C Вход а Бк 1вин изContentИгры а Программное...

Zakłady Bukmacherskie Legalny Polski Bukmacher Onlin

Zakłady Bukmacherskie Legalny Polski Bukmacher OnlineZakłady E-sportowe, Skuteczne Strategie I Actually Cenne WskazówkiContent💰w Jaki Sposób Możesz Zarabiać Pieniądze Z 1xbet? Typy Na Wydarzenia...

Online On Line Casino Play Online On Line Casino At 777 Online Casino

Online On Line Casino Play Online On Line Casino At 777 Online Casino""Casinos Turkey: 10 Best Turkish Casino Sites 2024ContentBets10Note: Ensure You Read Through...

Zdrada Sprzed Tysiąclecia Czy Wiesz Kiedy Naprawdę Doszło Do Pierwszego Rozbioru Polski

Zdrada Sprzed Tysiąclecia Czy Wiesz Kiedy Naprawdę Doszło Do Pierwszego Rozbioru Polski?Betting Club Ufc 160 TypowanieСписокNasz Typ Na Walkę Artur Szpilka – Arkadiusz...

« mostbet Bonus Kodu Getmax » 2500 ‘ye Kadar + Two Hundred Fifity F

"mostbet Bonus Kodu Getmax » 2500 'ye Kadar + Two Hundred Fifity FsMostbet Giriş: Çevrimiçi Spor Bahisleri Ve Casino 9, 000'ye Kadar BonusContentGüvenlik Ve...