La gratuité des services de garde d’enfants semble encore loin aux Pays-Bas, où les enfants travaillent à temps partiel.

Les problèmes de garde d’enfants sont actuellement si importants qu’il y aura une pénurie considérable dans les années à venir. La charge de travail et l’absentéisme dus au manque de personnel augmentent. On peut donc se demander si le gouvernement parviendra à rendre les services de garde d’enfants gratuits d’ici 2025. Les experts mettent même en garde contre un scénario d’apocalypse.

« Nous voulons effectivement offrir des services de garde d’enfants plus larges et moins chers, afin que les travailleurs à temps partiel puissent travailler plus d’heures, par exemple. Mais cela a pour effet d’augmenter la demande de services de garde d’enfants. Nous sommes dans un cercle vicieux », déclare Ton Wilthagen, professeur de marché du travail à l’université de Tilburg.

« Le cabinet est confronté à une tâche énorme, surtout à court terme où une percée est nécessaire. La situation est en effet problématique en raison de la forte pression de travail et de l’absentéisme. Les travailleurs à temps partiel ne veulent pas travailler plus d’heures pour autant. En outre, le secteur emploie principalement des femmes qui, par exemple, font également du bénévolat et ont d’autres tâches domestiques. Il n’y a pas de solution rapide à ce problème. »

Notre pays est le champion européen du travail à temps partiel. Au premier trimestre, on comptait 4,5 millions de travailleurs à temps partiel, selon les chiffres de l’office statistique CBS. Les Néerlandaises, avec 73,4 %, se situent bien au-dessus de la moyenne européenne de 30,7 %. Chez les hommes, le chiffre est de 23,3 %, alors que la moyenne européenne est de 8 %.

Nous vivons une rupture démographique

Selon Ruben Fukkink, professeur de puériculture à l’Université d’Amsterdam, nous n’échapperons pas au fait que les organisations de puériculture devront plus souvent mettre fin aux contrats en cours avec les parents. « Je prévois un scénario apocalyptique avec une pénurie considérable de structures d’accueil pour les enfants. En outre, il ne sera pas accessible à tous les parents. L’ensemble du système est sous pression, nous sommes dans une fracture démographique et nous devons retourner à la planche à dessin pour voir comment nous pouvons maintenir à flot ce système durable. »

Les services de garde d’enfants devraient être gratuits d’ici 2025. Le secteur s’attend à ce que cela augmente la demande. À l’heure actuelle, le secteur de la garde d’enfants est confronté à une pénurie de 3 000 à 4 000 employés. En 2025, cette pénurie sera passée à 32 000 et en 2030, 50 000 employés supplémentaires seront nécessaires, selon les chiffres de Kinderopvang Werkt.

Lire aussi:  La compagnie aérienne surinamaise SLM reprend ses vols vers Schiphol à partir de mercredi.

Les solutions ne se concrétiseront pas rapidement

Fukkink souligne qu’il existe plusieurs solutions possibles, mais qu’elles ne peuvent être réalisées rapidement. « Les travailleurs à temps partiel peuvent faire plus d’heures, mais tout le monde n’a pas le besoin de travailler plus pour quelques euros supplémentaires. En outre, la formation et l’arrivée de nouvelles personnes dans le secteur peuvent être accélérées, par exemple à partir de l’enseignement primaire. Et nous pouvons former des réfugiés. Mais tout cela prend du temps et ne se fait pas demain. »

Lire aussi:  Le cartel pétrolier OPEP et ses alliés pompent plus de pétrole après le boycott russe

Une autre solution consiste à inviter les employés à ne pas prendre une retraite complète, estime M. Fukkink. « Et on peut aussi mettre plus d’enfants dans un groupe, mais là encore, cela se fait au détriment de la qualité. »

Nous devons changer quelque chose à la réglementation fiscale ».

L’association d’employeurs AWVN note que les prestataires de services de garde d’enfants doivent de plus en plus vendre le non aux clients. « C’est pourquoi nous plaidons depuis un certain temps pour que les personnes travaillant à temps partiel dans le secteur de la garde d’enfants aient la possibilité de travailler plus d’heures et soient plus attrayantes. Les employeurs doivent réglementer cela correctement et quelque chose doit changer dans la réglementation fiscale. Aujourd’hui, les travailleurs à temps partiel sont souvent soumis à un taux d’imposition différent ou ne bénéficient pas d’avantages sociaux lorsqu’ils commencent à travailler plus d’heures », explique un porte-parole.

Mme Wilthagen pense que les services de garde d’enfants devraient être davantage privilégiés, surtout à long terme. « Il faut accorder plus d’attention aux problèmes dans les secteurs d’importance vitale. Dans ce cas, nous devons stimuler l’éducation en la rendant plus attrayante pour les étudiants. Et nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour retenir les travailleurs actuels du secteur en rendant le travail plus attrayant. »

Related articles

Share article

Derniers articles

L’acteur de « Batgirl » qualifie le patron de Warner Bros. de lâche et d’imbécile.

Alors que le film avait déjà été (en grande partie) tourné, Warner Bros. Discovery, dirigé par le PDG David...

Bande-annonce « Bandit » sur le tristement célèbre Bandit volant

La première bande-annonce a été dévoilée pour Bandit, un nouveau film d'Allan Ungar basé sur l'histoire vraie du tristement...

Un acteur espère une suite de « Prey » avec un super-héros célèbre.

Pourrait-il arriver que le DC Extended Universe ou le Chevalier Noir-aura un croisement avec la trilogie de la Prédateur-Franchise...