Travailleurs en grève : voici ce que les entreprises peuvent faire contre la pression au travail

Les médecins généralistes sont en grève, le personnel du NS est en grève et bientôt les transports régionaux seront également en panne à cause des grèves. L’une des plaintes est toujours : la pression du travail est trop élevée. Mais que signifie réellement la pression au travail et comment les employeurs peuvent-ils l’empêcher de devenir trop élevée ?

Les NS ont dominé l’actualité la semaine dernière. Chaque jour, le transport ferroviaire dans une région donnée était à l’arrêt, un jour dans le nord des Pays-Bas, le lendemain dans le sud. Mardi, il n’y avait pratiquement pas de train dans tout le pays à cause des grèves.

Le personnel de NS ne fait pas grève au hasard, affirme le porte-parole de FNV Spoor. « Il nous manque 1400 personnes. Les employés se sentent comme un citron pressé : complètement pressé. » Selon le porte-parole, la pression de travail est beaucoup trop élevée. « Cela touche toutes les couches de l’entreprise. Parfois, il n’y a qu’un seul agent de sécurité pour tout un train. Ou encore, un conducteur peut être obligé de sauter sa pause parce qu’il doit se rendre immédiatement dans un autre train. Tout le monde est surchargé. »

Pour changer cette situation, la FNV et d’autres syndicats (CNV et VVMC ) veulent négocier une nouvelle convention collective avec le NS. « Les salaires des jeunes doivent augmenter, tout comme le salaire minimum. Et il doit y avoir une compensation automatique des prix. En d’autres termes, un salaire qui augmente en fonction de l’inflation », déclare le porte-parole de la FNV. « A court terme, ce n’est pas une solution à la pression du travail, mais cela fait de NS un employeur plus attractif. À long terme, il sera alors possible de recruter davantage de personnel. »

Et plus il y a de personnel, mieux le travail est réparti. « Nous voulons également profiter des négociations pour imposer un meilleur tableau de service et un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée », explique le porte-parole. « Par exemple, un employé avait demandé un congé pour le premier jour d’école de son enfant il y a un an. Cette demande a été rejetée car elle était trop chargée. »

« Bien sûr, l’employeur ne doit pas être d’accord avec tout. Mais cela aide si l’employeur engage la conversation avec l’employé. »

Margot Joosen, chercheuse à l’université de Tilburg

Charge de travail réelle et perçue

La pression de travail peut être divisée en deux catégories : la pression de travail réelle et la pression de travail vécue. Margot Joosen, chercheuse principale sur la « santé mentale au travail » à l’université de Tilburg, explique : « La pression réelle du travail concerne les délais, les heures supplémentaires et le manque de personnel. La pression de travail vécue est la pression de travail que le salarié s’impose à lui-même. Ainsi, la pression de travail qu’il subit parce qu’il est perfectionniste ou qu’il essaie trop fort, par exemple. »

Lire aussi:  Le Royaume-Uni, les États-Unis, le Japon et le Canada annoncent une interdiction d'importation de l'or russe

Dans les deux cas, une charge de travail excessivement élevée est mauvaise pour la santé mentale des employés, affirme M. Joosen. « Cela peut finir par provoquer un épuisement professionnel, des personnes qui cherchent un autre emploi ou se mettent en grève, comme c’est le cas chez NS. Pour éviter cela, il est important que l’employeur soit attentif à ce que les employés trouvent important dans leur travail et à ce qui leur donne de l’énergie. Cela commence donc par un véritable intérêt pour les employés.

Auparavant, selon Joosen, l’employeur était dans une position de luxe. « Il pouvait choisir entre d’innombrables personnes et ainsi trouver la personne parfaite pour le poste. Aujourd’hui, c’est l’inverse. Le poste doit être adapté au candidat ou à l’employé. »

Lire aussi:  Trop peu de jeunes optent pour la technologie, les plans verts subissent une forte pression

Approche personnelle

En raison de la pénurie de personnel, la personne derrière le travail est devenue beaucoup plus importante. Une approche personnelle garantit que les employés sont satisfaits plus longtemps et se sentent appréciés. Cela fonctionne mieux à long terme qu’un simple salaire plus élevé, dit Joosen. « Bien sûr, l’employeur ne doit pas être d’accord avec tout. Mais cela aide si l’employeur entame un dialogue avec les employés. » Si l’employeur sait ce qui préoccupe l’employé ou quels sont ses rêves d’avenir, il peut y travailler ensemble.

Joosen insiste sur le mot « ensemble ». Selon elle, il arrive souvent que l’employeur comble lui-même les besoins de l’employé. « Chaque personne est différente, y compris dans ce dont elle a besoin pour bien fonctionner. Certaines personnes aiment les délais serrés, par exemple, tandis que d’autres aiment avoir beaucoup de liberté. Un oune taille pour tousLa solution ne fonctionne pas. L’employeur devrait se concentrer davantage sur l’approche personnelle. »

Selon M. Joosen, cela permet également de faire en sorte que les nouvelles personnes arrivent plus rapidement et que la pression du travail diminue donc. « Les nouveaux employés recherchent également un emploi offrant un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée, où ils se sentent valorisés et peuvent évoluer. C’est le nouvel employeur.

Related articles

Share article

Derniers articles

Lidl perd la querelle du lapin de Pâques face à Lindt et doit détruire ses actions | Economie

La chaîne de supermarchés allemande Lidl n'est plus autorisée à vendre des lapins de Pâques en chocolat ressemblant à l'emblématique lapin de Pâques du...

L’Office européen de lutte antifraude enquête sur les activités de lobbying de Neelie Kroes | Economie

L'Office européen de lutte antifraude (OLAF) va enquêter sur les activités de lobbying de l'ancienne commissaire européenne Neelie Kroes. C'est ce que rapporte le...

Plus de sacs plastiques jetables en vente à Kruidvat et Trekpleister | Economie

Les pharmacies Trekpleister et Kruidvat cesseront de vendre des sacs en plastique jetables à partir de la semaine prochaine. Les clients qui ne portent...

L’inflation en Allemagne et en Belgique à un niveau très élevé | Economie

L'Allemagne et la Belgique connaissent également une hausse de l'inflation. Chez nos voisins de l'Est, l'inflation a atteint 10 % en glissement annuel ce...