Pompes à chaleur, solaire et éolien : les Pays-Bas auront-ils un sprint durable d’ici 2023 ?

En raison de la pénurie de gaz et de la flambée des prix, les deux prochains hivers seront passionnants, selon les experts en énergie. Après cela, l’Europe pourra importer davantage de gaz naturel liquéfié et le besoin suprême sera terminé. Un jour, l’ère se lèvera où le solaire et l’éolien deviendront nos principales sources d’énergie. Un sprint intermédiaire pour y parvenir maintenant serait idéal : jusqu’où les Pays-Bas peuvent-ils aller en 12 mois ?

Les stockages de gaz sont largement remplis. Si nous chauffons tous avec parcimonie et que la température est un peu coopérative, nous passerons l’hiver prochain.

Mais, disent les experts en énergie, nous avons deux hivers passionnants d’affilée. Ils pensent que ce n’est pas l’hiver prochain, mais celui qui le suivra, qui sera le plus critique. En effet, les réserves de gaz de cette année sont encore partiellement remplies de gaz russe.

Augmentation rapide de l’énergie solaire et éolienne, mais nécessaire dès maintenant

Après l’hiver 2023/2024, le problème se réduit chaque année. Non seulement il y aura davantage de gaz naturel liquéfié (GNL), mais de plus en plus de maisons seront équipées d’une isolation moderne, de panneaux solaires, d’une pompe à chaleur ou seront reliées à un réseau de chaleur.

Notre alimentation en électricité est également en train de devenir sans gaz, et ce à un rythme considérablement plus rapide. Actuellement, près de la moitié de l’électricité aux Pays-Bas est produite dans des centrales au gaz. Mais d’ici 2030, les trois quarts de nos besoins en électricité proviendront des parcs éoliens de la mer du Nord. Avec les éoliennes terrestres et l’essor fulgurant des panneaux solaires, le solaire et l’éolien deviendront ensemble la principale source d’électricité dans quelques années seulement.

Seulement maintenant, nous sommes dans une crise énergétique. On aimerait donc que les Pays-Bas soient quelques années plus loin dans cette transition. Nous serions moins dépendants des autres pays, nous bénéficierions d’un prix de l’électricité plus bas et des milliards de dollars en moins traverseraient les frontières.

Un parc éolien se tient en trois mois, après dix ans de litige

La source d’électricité la moins chère aux Pays-Bas, quant à elle, est l’éolien terrestre. Autre avantage : les éoliennes fonctionnent généralement aussi la nuit et en hiver. Ce serait donc pratique si nous pouvions construire un parc éolien supplémentaire dans les 12 prochains mois. Est-ce possible ?

Techniquement, oui, dit Laetitia Ouillet de Windvogel, une coopérative de citoyens qui compte 3 400 membres. « Construire les fondations prend un mois. Ça doit sécher pendant six semaines. Ensuite, une éolienne est posée dessus en quinze jours. »

Mais à cela s’ajoutent les délais d’appel d’offres, les délais de livraison et, aux Pays-Bas, des procédures de plus en plus longues. Ouillet énumère : un an d’étude de la nature, trois mois de rapport d’EIE, six semaines d’inspection publique, six mois au Conseil d’État. Et ça, c’est si tout va bien. Windvogel vient de boucler le financement de deux petites turbines près de Vlaardingen, après un processus qui a duré 10 ans.

Les nouveaux permis pour l’éolien terrestre ne sont même pas accordés depuis une action en justice contre un parc éolien près de Delfzijl. « Tout est complètement bloqué de manière procédurale maintenant, » dit Ouillet. « Le Conseil d’État doit tester de nouvelles normes. La loi sur l’environnement doit alors être modifiée. Cela devait se faire en janvier 2023, mais a été à nouveau reporté. »

L’éolien en mer sera important, mais peut-il être plus rapide ?

Ensuite, l’offshore, les entreprises et la Haye politique pensent. C’est plus cher, mais il y a aussi plus d’espace. D’ici 2030, huit grands parcs offshore devraient compter 1 700 éoliennes d’une capacité totale de 21 gigawatts. Les centrales à gaz seraient alors presque superflues.

Une petite partie de ces parcs éoliens a déjà été construite, et les Pays-Bas en ont également bénéficié l’année dernière. Les jours de grand vent, nous tirons 40 % de nos besoins en électricité du vent (principalement grâce aux turbines terrestres). Avec l’arrivée de nouvelles fermes offshore l’année prochaine, ce chiffre pourrait-il atteindre 60 % ?

Lire aussi:  L'ancien directeur de KLM Pieter Elbers reçoit toujours une indemnité de départ | Economie

La réponse simple est non. Ce qui s’applique aux parcs éoliens terrestres s’applique fondamentalement partout, affirme Olof van der Gaag, président de l’association néerlandaise des énergies renouvelables. « Aujourd’hui, les projets énergétiques à grande échelle prennent généralement environ 10 ans aux Pays-Bas. La construction ne dure que deux ans, tandis que les procédures prennent huit ans. Cela vaut non seulement pour les parcs éoliens, mais aussi pour les réseaux de chaleur, les centrales à hydrogène et les postes à haute tension. »

Des appels d’offres seront lancés cette année pour de nouveaux parcs éoliens en mer. Mais les experts estiment qu’il est impossible de les construire et de les connecter en un an. Ne serait-ce que parce que le câble d’alimentation doit également être posé.

Le marché de l’énergie a besoin d’une direction politique

Et si vous y consacrez beaucoup d’argent ? Cet argent est littéralement à portée de main sur le marché de l’énergie. Le prix du gaz a décuplé et nous aspirons à des formes d’électricité alternatives et moins chères. « Malgré les prix faramineux, pas une éolienne supplémentaire n’a été construite aux Pays-Bas cette année », affirme Martien Visser, chargé de cours sur la transition énergétique à l’université Hanze de sciences appliquées de Groningue.

Lire aussi:  Le gestionnaire de réseau demande aux Français de consommer moins d'électricité

Outre la longueur des procédures, M. Visser cite également le manque de direction politique comme cause. « Dans un marché libre, l’offre et la demande devraient automatiquement s’équilibrer par le biais du prix. Si le prix de l’énergie augmente, on peut s’attendre à ce que l’offre augmente également – et des parcs éoliens seraient ajoutés automatiquement, par exemple. »

En pratique, cela ne fonctionne pas comme ça. Toutes les capacités de production étant épuisées, il faut d’abord investir, par exemple, dans le développement des usines et de la main-d’œuvre qualifiée. « Mais à quel point les investisseurs sont-ils confiants dans le fait que les prix élevés vont se maintenir ? ». L’orientation du gouvernement est alors indispensable, selon M. Visser. Il cite en exemple le nouveau terminal de GNL d’Eemshaven (où les Pays-Bas peuvent importer du gaz naturel liquéfié depuis septembre). Les entreprises du secteur de l’énergie ne l’auraient jamais fait aussi rapidement.

Panneaux solaires, isolation et pompes à chaleur

Ne pouvons-nous pas exploiter d’autres sources d’énergie dans 12 mois ? Une production supplémentaire de gaz ferait la plus grande différence. Mais à Groningen, le gouvernement considère que c’est trop peu sûr et que les petits champs ne peuvent pas produire plus en un an.

Les centrales au charbon sont déjà utilisées au maximum de leur capacité, tout comme la centrale nucléaire de Borssele. La construction d’une nouvelle centrale nucléaire pourrait prendre une quinzaine d’années, ce qui ne fera pas non plus de différence avant 2023. Nous n’aurons même pas une usine de biomasse dans ce laps de temps.

Mais il existe une source d’énergie qui peut se développer à très court terme : l’énergie solaire. Supposons que nous fassions le maximum dans les 12 prochains mois, calcule M. Visser, et que nous donnions des panneaux solaires à 250 000 foyers supplémentaires. Nos besoins en gaz naturel seront alors réduits de 150 millions de mètres cubes. Malheureusement, nous utilisons 30 milliards de mètres cubes, et cela ne représente donc que 0,5 % de moins.

Reste à savoir ce que les particuliers et les entreprises peuvent faire eux-mêmes pour économiser. Les personnes intelligentes et un peu bricoleuses isoleront leur toit qui fuit la chaleur cet automne. Ainsi, vous économiserez non seulement du gaz l’hiver prochain, mais aussi l’hiver suivant, peut-être encore plus critique.

Et puis, il faut espérer qu’entre-temps, un maximum d’investissements et de constructions soient consacrés à un nouvel approvisionnement énergétique. Ce sera un mélange de solaire, d’éolien, de beaucoup de gaz naturel et de pompes à chaleur. Près de 400 000 pompes à chaleur sont désormais installées chaque année. Donnez-lui 20 ans et chaque maison en aura un.

Related articles

Share article

Derniers articles

La toujours belle Eva Mendes a une « mauvaise journée capillaire » sur des photos Insta.

La toujours belle Eva Mendes a une "mauvaise journée capillaire" sur les photos Insta ... du moins c'est ce...

La bande-annonce IMAX « Ant-Man et la Guêpe : Quantumania » en dit plus sur le petit super-héros.

Il y a quelques jours, la nouvelle bande-annonce du film Marvel Ant-Man and The Wasp : Quantumania a été...

Les Huit Montagnes » conquiert les cœurs des salles d’art et d’essai en Belgique et aux Pays-Bas

L'année écoulée a été un grand succès pour le cinéma belge. Après Zillion et Fermer Les chiffres de fréquentation...

Ce film de premier ordre que personne ou presque ne connaît, mais qui vaut vraiment la peine d’être vu.

Pendant 4 ans, Leonardo DiCaprio a été avec la très belle Camila Morrone. Cependant, elle est bien plus qu'un...

La fille d’Elvis, la chanteuse Lisa Marie Presley (54 ans), est morte

Lisa Marie Presley, la fille de 54 ans des légendaires Elvis et Priscilla Presley, est décédée hier. Il semble...