Les hôpitaux craignent des problèmes dus aux prix élevés de l’énergie et des denrées alimentaires

Plusieurs hôpitaux risquent de connaître des problèmes financiers cette année car l’achat, entre autres, de l’énergie et de la nourriture est devenu plus cher. En raison de cette situation, les hôpitaux peuvent ne pas être en mesure de réaliser certains investissements nécessaires.

Les prix de l’énergie (+43,8 %) ne sont pas les seuls à s’envoler. Les hôpitaux dépensent également plus d’argent cette année pour les services et les produits, tels que les fournitures de bureau, les transports et la nourriture. C’est ce qui ressort d’une enquête menée lundi par Intrakoop, l’organisation d’achat de soins de santé, et l’Association néerlandaise des hôpitaux (NVZ).

68 hôpitaux ont participé à la recherche, soit environ deux tiers du total. La hausse des prix est liée à la guerre en Ukraine, qui réduit l’approvisionnement en énergie et en matières premières en provenance de Russie.

Au total, les hôpitaux ont en moyenne 5,8 % de coûts d’achat supplémentaires cette année, alors que selon les accords actuels avec les assureurs maladie, ils ne sont indemnisés que de 1,83 % pour les augmentations de prix. Cela risque de créer un déficit de près de 300 millions d’euros cette année, ont calculé Intrakoop et la NVZ. Les hôpitaux devront cracher ce montant eux-mêmes.

Les coûts pourraient encore augmenter après cette année

En outre, les chercheurs soulignent que divers contrats avec les fournisseurs expireront dans le courant de l’année et que de nouvelles augmentations de prix ne sont pas à exclure. Il est également prévu que les coûts augmentent encore après cette année.

Ruud Plu, directeur général d’Intrakoop, prévoit des temps difficiles pour ses membres. « Les hôpitaux perdent presque toute la place qui leur reste pour les investissements nécessaires, par exemple dans les TIC et la durabilité, en raison de l’augmentation des coûts. Il leur est donc difficile d’être et de rester à l’épreuve du temps. »

Il dit que les marges de la plupart des hôpitaux sont extrêmement faibles. « Il est important que le gouvernement, les assureurs maladie et les hôpitaux examinent ensemble comment rémunérer les soins sans avoir à réduire la qualité ou l’offre. »

Lire aussi:  La hausse des prix des carburants et des denrées alimentaires fait grimper l'inflation au Royaume-Uni

Les investissements sont en péril

La NVZ s’inquiète de la situation, selon un porte-parole. L’organisation faîtière des hôpitaux craint que les investissements dans le domaine du personnel, de l’échange de données, de la durabilité et des TIC ne soient compromis. Des discussions sur les pénuries attendues ont lieu à plusieurs tables, mais la NVZ ne peut en anticiper le résultat.

L’année dernière, les hôpitaux (généraux) des Pays-Bas ont dépensé 8,4 milliards d’euros pour l’achat de services et de biens. La part de loin la plus importante concernait les soins directs aux patients, tels que les médicaments (4,8 milliards d’euros), suivis des frais généraux et des coûts d’embauche des indépendants et du personnel flexible.

Lire aussi:  Le stock de gaz allemand est reconstitué au niveau requis plus tôt que prévu

Ministère : « L’ensemble de la société a des dépenses plus élevées ».

L’augmentation des prix de l’énergie et de certains produits alimentaires est un phénomène qui touche l’ensemble de la société, souligne le ministère de la santé dans une réponse. « Comme dans d’autres secteurs, cela touche également le secteur des soins de santé. Il est bon d’entendre que la NVZ indique que des consultations ont lieu sur plusieurs tables. » Selon le ministère, le poste de dépenses le plus important dans le domaine des soins de santé est celui des coûts salariaux.

Entre-temps, le ministère renvoie à un rapport publié par Intrakoop il y a six semaines. Le rapport indique que presque tous les hôpitaux ont réalisé des bénéfices en 2021 et qu’ils disposent d’une marge de manœuvre pour investir.

Selon un porte-parole, les nouvelles augmentations de prix obligent le secteur à se limiter à ce qui est réellement nécessaire, une discussion qui dure depuis un certain temps. « Nous sommes en pourparlers avec toutes les parties pour conclure des accords dans le cadre d’une convention de soins intégrale afin d’accroître la durabilité des soins », a déclaré le porte-parole.

Related articles

Share article

Derniers articles

Gaby Blaaser ne porte plus rien sur ses photos Insta.

De Spangas à Bons moments, mauvais moments et de Snuff le chien et le château fantôme à Casanova. Nous...

Les organisations caritatives ne peuvent pas ouvrir de compte chez ING en raison du manque de personnel

Les associations et fondations, y compris les organisations...

Un nouveau film sanglant « Jurassic World » avec de l’action classée R est en route !?

Le réalisateur Colin Trevorrow était responsable de la relance en 2015 de la série Jurassic Park-Franchise. Il l'a ensuite...

Black Adam  » donne le coup d’envoi d’une méga-franchise pour Dwayne Johnson

Dwayne Johnson est Black Adam, l'anti-héros de l'univers étendu de DC, qui a un peu... "démodé" a le sens...