Le passage au lait biologique peut résoudre en partie la crise de l’azote

L’émission d’azote est considérablement plus faible dans la production de lait biologique. Cela s’explique par le fait que l’on donne moins de nourriture au bétail et que les vaches passent plus de temps dans les champs. Le « switch » peut donc contribuer à résoudre la crise de l’azote. Et le consommateur joue un rôle dans ce domaine, selon une étude de Wageningen.

En effet, un nombre croissant d’agriculteurs biologiques a également besoin d’un marché de vente en expansion. La demande détermine donc en grande partie la part de l’élevage laitier biologique aux Pays-Bas, explique à Lakoom Info Gerard Migchels de l’université et de la recherche de Wageningen.

Ce ne sont pas les vaches qui posent problème, mais les aliments pour bétail. Cette simplification du problème peut aider à mieux comprendre la situation. Si les vaches ne faisaient que brouter, il n’y aurait pas de pollution azotée (nette) et elles produiraient donc du « lait sans azote ».

On peut le voir comme ça, du moins en théorie, les nuances de Migchels. « À l’échelle d’un seul pré ou d’une seule ferme, un cycle de l’azote entièrement fermé n’est pas possible. Une partie de l’azote finira toujours dans l’air sous forme d’ammoniac ou d’oxyde nitreux, et une autre peut toujours s’infiltrer dans le sol. »

Mais à l’échelle du paysage, c’est vrai. Par exemple, les basses landes de l’ouest et du nord des Pays-Bas ont une tradition séculaire d’élevage de bovins laitiers, sans que cela n’entraîne une fertilisation excessive.

Les aliments pour bétail importés sont à l’origine de l’excédent d’azote

L’essentiel est dans l’alimentation du bétail. Celle-ci est désormais largement importée de l’étranger sous forme de maïs, de blé et de soja, ce qui apporte un supplément d’azote. Grâce à ces aliments supplémentaires, il est possible d’élever plus de vaches (et de porcs et de poulets) par hectare de terre agricole aux Pays-Bas. Mais le fumier riche en azote ne repart pas à l’étranger.

Ainsi, l’azote supplémentaire, provenant de l’alimentation du bétail importé, s’accumule de plus en plus. Cela entraîne l’eutrophisation et l’acidification de la nature néerlandaise, ainsi qu’une détérioration de la qualité de l’air en raison de concentrations plus élevées de poussières fines.

« L’alimentation du bétail est la clé », déclare M. Migchels. Il s’agit en fait d’un cadran qui peut augmenter ou diminuer la pollution par l’azote. « Les recherches montrent que les émissions d’ammoniac diminuent d’environ 20 % en réduisant la quantité d’aliments concentrés. »

Plus les vaches restent longtemps au pâturage, mieux c’est.

Mais la réduction de l’alimentation du bétail n’est pas la seule raison pour laquelle l’élevage laitier plus durable produit moins d’émissions d’azote. Un autre facteur très important est la quantité de « pâturage », dit Migchels. C’est la période pendant laquelle les vaches paissent librement dans le pré, au lieu d’être gardées dans des stalles. « Plus les vaches sortent et mangent elles-mêmes l’herbe fraîche, plus les émissions d’ammoniac sont faibles. »

Lire aussi:  Les absences pour maladie dues à l'effet corona sont en augmentation depuis des semaines.

« Cela passe par deux mécanismes », explique M. Migchels. « Tout d’abord, l’ammoniac est créé lorsque le pipi et le caca des vaches se mélangent. » À l’extérieur, dans le pré, ce n’est presque jamais le cas, mais dans l’étable, cela arrive. C’est là que le lisier, principale source d’ammoniac, est créé.

« Une partie de cet ammoniac vient directement des écuries. Mais l’épandage du lisier sur les terres est l’autre grande source d’émissions d’ammoniac : près de la moitié d’entre elles proviennent de là. Et cela aussi est beaucoup moins nécessaire si les vaches se promènent librement dans le pré, où le pipi de vache et le pipi de vache restent largement séparés. »

Une grande partie du lait de vache stable n’est pas destinée au marché néerlandais

La solution consiste-t-elle à passer au lait, aux yaourts et aux fromages issus de l’agriculture biologique ? Cela aiderait certainement, mais Migchels ne veut pas mettre trop d’étiquette sur le sujet. « La résolution de la crise de l’azote est complexe. Le passage au bio est une option et pourrait fonctionner particulièrement bien dans la zone autour des zones Natura 2000. »

En outre, selon M. Migchels, il existe plusieurs labels de qualité, qui constituent tous une amélioration par rapport à l’élevage laitier le plus intensif en grange. Dans tous les cas, l’agriculteur reçoit un peu plus d’argent par litre de lait. « Avec la biodynamie, la fertilisation par hectare est encore plus faible, tout comme les émissions d’ammoniac. »

Néanmoins, le consommateur néerlandais ne peut supporter à lui seul l’augmentation de la durabilité. Ne serait-ce que parce qu’une grande partie du secteur néerlandais de l’élevage produit pour d’autres pays. Et dans le cas de l’élevage laitier, cela concerne souvent les entreprises les plus intensives, avec des vaches en stabulation permanente et du lait qui est parfois expédié de l’autre côté de la frontière sous forme de poudre. « En ce qui concerne les solutions, il faut plutôt penser à racheter quelques producteurs de pointe de manière très ciblée. »

Une partie ne sera certainement pas heureuse si les vaches néerlandaises sont mises au pâturage plus souvent et reçoivent des aliments moins concentrés : les fabricants d’aliments pour bétail.

Related articles

Share article

Derniers articles

Prime Video connaît l’une de ses meilleures semaines avec de grands films fantastiques.

15 nouveaux films sur Prime Video cette semaine. Et des titres assez impressionnants, dont les six Le Hobbit et...

Legolas est-il vraiment dans la nouvelle série « Le Seigneur des Anneaux » ?

La sortie imminente de Le Seigneur des Anneaux : Les Anneaux de Pouvoir rend les fans très heureux. En...

Les premiers détails de « Batgirl » ont été révélés : voici l’histoire.

Certains détails de l'intrigue concernant Batgirl ont été divulgués. Les œufs de Pâques et l'emplacement des Batgirl dans le...

Le patron de DC Films part maintenant à cause de l’affaire « Batgirl » ?

Le chef de DC Films, Walter Hamada, semble être sur le point de quitter le studio, suite à la...

Les fans de « Predator » réagissent à « Prey » : Une addition brillante à Disney+ ?

Prey, le dernier né de la série Prédateur-est enfin disponible sur Disney+. Le film est la sixième addition à...