Kay, Roël et Julie vendent du vintage :  » Les gens sont surpris par l’odeur de fraîcheur  » | Work

Les vêtements vintage sont populaires, surtout chez les jeunes. Les vêtements sont bons pour l’environnement comme pour le porte-monnaie. Là où les grandes chaînes ferment leurs portes, de jeunes entrepreneurs comme Kay, Roël et Julie ouvrent des boutiques vintage ou des magasins de seconde main.
Par Liselotte Idema

Kay Verhagen (29 ans) dirige Bloesem Vintage à Breda et vend des vêtements vintage conformes aux tendances de la mode actuelle.

Comment vous est venue l’idée d’une boutique vintage ?
« Pendant la pandémie, j’ai perdu mon emploi dans le secteur de l’événementiel. Pour tuer le temps, j’ai regardé des docuseries sur l’industrie du vêtement et j’ai bricolé une boutique en ligne de vêtements vintage. Ce qui n’était au départ qu’un passe-temps est devenu le magasin qu’il est aujourd’hui. »

L’amour du vintage a-t-il toujours été là ?
« Même quand j’étais enfant, je portais des vêtements fabriqués par ma mère. Quand j’ai déménagé et que j’avais peu d’argent, j’ai découvert la friperie. J’y ai trouvé des vêtements vraiment cool et j’ai découvert que j’étais douée pour trouver des articles dans un tas de bric-à-brac que tout le monde veut. »


Un pull vintage fait de 100 % de laine durera quatre-vingts ans, un pull de Zara ne dure généralement qu’un an.

Kay Verhagen


À l’époque, les vêtements usés ne faisaient pas de vous un enfant cool. Et maintenant ?
« Surtout chez les jeunes, je remarque que cela a énormément changé. Ils ont déjà fait l’addition et choisissent consciemment la qualité : un pull vintage en 100 % laine durera quatre-vingts ans, un pull de Zara ne dure généralement qu’un an. »

Comment composez-vous une collection ?
« Je regarde les tendances de la mode et je crée un mood board, que j’utilise pour aller chez les grossistes vintage pour choisir des vêtements. J’y sélectionne la qualité, le matériau, les boutons et les coutures. Je consacre une journée entière à passer au crible un tel entrepôt, que l’on peut comparer à une friperie géante. Puis je vais au magasin dans mon Opel Corsa bondée. »

Roël IJsselstein (22 ans, photo de gauche) dirige Square Eight à Gouda avec son frère Daud. Ils ont récemment ouvert un deuxième magasin à Rotterdam. Ils organisent également des événements vintage dans tout le pays.

Comment avez-vous découvert le vintage ?
« A l’adolescence, on ne voulait pas ressembler à tout le monde. Nos parents nous emmenaient déjà sur les marchés aux puces quand nous étions enfants, donc le seuil d’accès aux vêtements d’occasion était petit. Par curiosité, nous sommes entrés dans une friperie. Nous sommes tombés amoureux des différents styles vintage. »

Et quand l’idée d’une boutique est-elle née ?
« Nous voulions montrer aux gens que pour chaque article nouvellement acheté, il existe une alternative vintage. Nous avons commencé par vendre des vêtements par l’intermédiaire de United Wardrobe, puis nous avons organisé… vente au kilo-événements. Lorsque cela n’a plus été possible en raison de la pandémie, nous avons ouvert un magasin à Gouda. Ce n’était pas une décision consciente de se lancer dans les affaires, nous avons roulé dedans. »

Volg GeneratieNU

Recevez des notifications sur les nouveaux articles d’explication pour les jeunes adultes.

Quelle est la différence entre vos magasins et une friperie ?
« Nos magasins sont légers et épurés. Nous avons constitué une collection qui correspond à la saison, à l’esprit du temps et à la tendance de la mode. C’est comme entrer dans un H&M, à la grande différence que nous n’avons pas de… mode rapide vendre. Nous le faisons délibérément, car nous voulons rendre le vintage accessible. »

Est-ce nécessaire ?
« Il y a une dizaine d’années, ce sont surtout les suppléants qui s’intéressaient au vintage. Aujourd’hui, le groupe cible est beaucoup plus large : les étudiants et les jeunes adultes, les personnes qui veulent simplement avoir un look différent des autres. Aujourd’hui, c’est branché si vous pouvez dire que vous portez un pull vintage, c’est une façon de se démarquer. »

Julie ten Have (33 ans) tient le magasin de vêtements Sjuuls à Deventer, où elle vend des vêtements usagés pour enfants.

Comment est née l’idée de votre boutique ?
« Lorsque j’ai déménagé d’Utrecht à Deventer avec ma famille, j’ai découvert qu’il n’y avait pas de magasin ici qui vendait de beaux vêtements d’occasion pour enfants. J’ai dû me contenter des friperies poussiéreuses. Bien sûr, il y avait beaucoup de choses en ligne, mais je veux voir et sentir les vêtements. Après mûre réflexion, j’ai décidé de créer moi-même un magasin. »

Y avait-il plus de gens qui attendaient un tel magasin ?
« Je suis incroyablement occupé, à la fois à vendre et à recevoir des vêtements. Les parents, ainsi que les grands-parents et les personnes à la recherche de cadeaux de maternité passent par là. Chaque ville devrait avoir un magasin comme celui-ci, il ajoute vraiment à l’offre commerciale ».


Les gens sont surpris par le bon état des vêtements et l’odeur fraîche du magasin.

Julie ten Have


Qu’en est-il de l’image des magasins de seconde main ?
« De nombreuses personnes sont agréablement surprises lorsqu’elles entrent dans la boutique. La première chose qu’ils s’exclament, c’est : « Comme les vêtements sont encore propres ! ». Ou : « Ça sent bon ici ! ». C’est très drôle. Avec les enfants, c’est très différent. Ils apprennent déjà la durabilité à l’école. Ils pensent que c’est cool et emmènent délibérément leurs parents dans des boutiques comme la mienne. »

Et les vêtements d’occasion sont bon marché
« On voit des gens qui choisissent des piles de vêtements et qui se disent : bon, pour cet argent, je vais le prendre. Le prix avantageux est un bon point, surtout à l’heure où tout devient plus cher. Pourtant, mes clients choisissent principalement l’occasion parce que c’est durable et meilleur pour l’environnement. »

Comment obtenez-vous les vêtements que vous vendez ?
« Il est apporté par les gens du quartier, ils reçoivent un pourcentage des recettes. Je choisis en fonction de l’état du vêtement, du matériau, de la mode et de la saison. Mais aussi mode rapide est le bienvenu, à condition que la qualité soit suffisante. Je le fais consciemment ; ces vêtements méritent aussi une seconde vie. »

  • Wat vind jij van dit artikel? Laat hier je mening achter

Eerder


Lees meer over:

GeldWerkEconomieGeneratieNU



Lire aussi:  Selon l'OM, Van Lienden a créé une fondation pour gagner de l'argent.

Related articles

Share article

Derniers articles

1win%3A Олицетворение Азарта и Удачи В Онлайн Играх

1win%3A Олицетворение Азарта и Удачи В Онлайн Играх"1win Официальный Сайт Букмекерской Конторы 2023 Онлайн Ставки на Спорт%2C Вход а Бк 1вин изContentИгры а Программное...

Zakłady Bukmacherskie Legalny Polski Bukmacher Onlin

Zakłady Bukmacherskie Legalny Polski Bukmacher OnlineZakłady E-sportowe, Skuteczne Strategie I Actually Cenne WskazówkiContent💰w Jaki Sposób Możesz Zarabiać Pieniądze Z 1xbet? Typy Na Wydarzenia...

Online On Line Casino Play Online On Line Casino At 777 Online Casino

Online On Line Casino Play Online On Line Casino At 777 Online Casino""Casinos Turkey: 10 Best Turkish Casino Sites 2024ContentBets10Note: Ensure You Read Through...

Zdrada Sprzed Tysiąclecia Czy Wiesz Kiedy Naprawdę Doszło Do Pierwszego Rozbioru Polski

Zdrada Sprzed Tysiąclecia Czy Wiesz Kiedy Naprawdę Doszło Do Pierwszego Rozbioru Polski?Betting Club Ufc 160 TypowanieСписокNasz Typ Na Walkę Artur Szpilka – Arkadiusz...

« mostbet Bonus Kodu Getmax » 2500 ‘ye Kadar + Two Hundred Fifity F

"mostbet Bonus Kodu Getmax » 2500 'ye Kadar + Two Hundred Fifity FsMostbet Giriş: Çevrimiçi Spor Bahisleri Ve Casino 9, 000'ye Kadar BonusContentGüvenlik Ve...
Lire aussi:  Selon l'OM, Van Lienden a créé une fondation pour gagner de l'argent.