Facua dénonce Mundo Crypto pour avoir fait payer 47 euros aux participants à son événement « gratuit ».

La plateforme des consommateurs Facua-Consommateurs en action a dénoncé Crypto World devant la Direction générale du commerce et de la consommation de la Communauté de Madrid pour qui présente son événement « Metaverse Day » comme étant gratuit, tout en demandant environ 47 euros pour réserver une place.47, un dépôt qui ne serait remboursé qu’aux personnes présentes à l’événement, moins des frais administratifs non précisés.

 » Comme on peut le lire sur leur site web, avec ce montant  » vous vous réservez le droit d’accéder à l’événement et d’assurer votre place. Une fois sur place et après avoir validé votre billet au contrôle d’accès, nous procéderons au remboursement du montant du billet, hors frais administratifs, dans un délai maximum de 7 jours ouvrables ». Cependant, nous avons également précise que « dans le cas où vous n’assisteriez pas à l’événement ou ne valideriez pas votre billet, vous perdriez le droit au remboursement et à 100% du montant ».« , souligne Facua.

L’association de consommateurs souligne que « la pénalité est imposée aux utilisateurs alors qu’il n’y a aucune preuve d’un quelconque dommage effectif ou d’un préjudice à la foire, puisque l’événement peut se dérouler normalement malgré le fait qu’il y ait des personnes qui décident de ne pas y assister – la preuve en est qu’il est promu comme étant « gratuit » – et qui ne peuvent pas bénéficier des exposés et des conférences qui sont donnés ». « De plus, ils sont obligés de payer pour des services dont ils n’ont pas bénéficié ».soulignent-ils.

En ce sens, Facua rappelle que l’article 87 du décret-loi royal 1/2007 du 16 novembre, qui approuve le texte révisé de la loi générale pour la défense des consommateurs et des utilisateurs et d’autres lois complémentaires, considère comme une clause abusive « la retenue des montants payés par le consommateur et l’utilisateur par renonciation, sans prévoir de compensation pour un montant équivalent si l’employeur renonce ».

« Le même article considère également comme une clause abusive « le paiement de sommes pour des services non effectivement rendus ». […] ou la fixation d’une indemnité qui ne correspond pas au dommage réellement causé », explique la plateforme.

En outre, l’association souligne qu’à aucun moment il n’est précisé à combien s’élèvent les frais de gestion évoqués par l’organisation de l’événement, « les participants ne peuvent donc pas savoir à l’avance combien ils seront remboursés »..

Lire aussi:  Les crypto-monnaies renouent avec les pertes lors du Black Friday : craintes de contagion des FTX.

« Facua avertit que cela est contraire à l’article 97 du décret-loi royal 1/2007, qui stipule que les entrepreneurs « avant que le consommateur ou l’utilisateur ne soit lié par un quelconque contrat à distance » doivent les informer du « prix total des biens et des services », y compris « tous les frais supplémentaires de transport, de livraison, de poste et tout autre coût. »

D’autre part, ils ajoutent que « la loi 11/1998, du 9 juillet, sur la protection des consommateurs de la Communauté de Madrid, inclut dans son article 50 comme infraction « l’inclusion de clauses abusives dans les conditions générales des contrats et des offres publicitaires, ainsi que la réalisation de pratiques non expressément consenties par les consommateurs qui, selon la législation applicable, sont abusives et portent atteinte à leurs droits » ».

Lire aussi:  Le prix de la crypto-monnaie Ethereum a augmenté de plus de 9 % en 24 heures

Ces derniers jours, Différentes personnalités telles que Cristina Pedroche et Jorge Fernández, présentateurs de l’événement, ont annoncé qu’elles ne participeraient pas à l’événement. suite à un avertissement de la Comisión Nacional del Mercado de Valores (CNMV), qui a rappelé que Mundo Crypto « ne dispose d’aucun type de licence pour conseiller sur les instruments financiers ou pour réaliser des opérations d’investissement intermédiaires sur des instruments financiers ».

Mundo Crypto figure sur la liste « grise » ou « autres entités » de la CNMV. depuis juillet 2021, une liste qui comprend des entités qui ne disposent d’aucune autorisation ou ne sont enregistrées à aucune fin auprès de l’autorité de surveillance elle-même, mais qui « pourraient exercer » une activité de collecte de fonds ou fournir un service de nature financière.

De même, parmi les sponsors de la réunion, il existe des sociétés telles que Huobi, Bitget ou Bybit, qui sont considérées comme des entités non enregistrées ou des « chiringuitos financiers ». par le régulateur.

D’autre part, comme « Vozpópuli » l’a appris, Mundo Crypto se prépare à lancer sa propre crypto-monnaie, bien qu’elle n’ait pas reçu l’aval de la CNMV.. La crypto-monnaie devrait être construite sur le réseau blockchain Ethereum.

Related articles

Share article

Derniers articles

Comment jouer au blackjack ?

Le blackjack est un jeu de cartes très prisé aussi bien dans les établissements de jeux en ligne que physiques. À l’instar des autres...

La toujours belle Eva Mendes a une « mauvaise journée capillaire » sur des photos Insta.

La toujours belle Eva Mendes a une "mauvaise journée capillaire" sur les photos Insta ... du moins c'est ce...

La bande-annonce IMAX « Ant-Man et la Guêpe : Quantumania » en dit plus sur le petit super-héros.

Il y a quelques jours, la nouvelle bande-annonce du film Marvel Ant-Man and The Wasp : Quantumania a été...

Les Huit Montagnes » conquiert les cœurs des salles d’art et d’essai en Belgique et aux Pays-Bas

L'année écoulée a été un grand succès pour le cinéma belge. Après Zillion et Fermer Les chiffres de fréquentation...

Ce film de premier ordre que personne ou presque ne connaît, mais qui vaut vraiment la peine d’être vu.

Pendant 4 ans, Leonardo DiCaprio a été avec la très belle Camila Morrone. Cependant, elle est bien plus qu'un...