Des règles plus strictes en matière de lobbying sont en passe d’être adoptées, mais pour l’instant, la marge de manœuvre reste importante

Les liens entre l’ancienne commissaire européenne Neelie Kroes et le service de taxi Uber se sont révélés très étroits la semaine dernière. Outre les critiques à l’encontre de Mme Kroes, cet article a également suscité de nombreuses discussions sur les politiciens qui entrent dans le circuit des lobbies après leur carrière. Les règles relatives au lobbying sont-elles strictes ?

C’est une épine dans la chair de beaucoup : les ministres et les secrétaires d’État qui se lancent dans le lobbying après leur carrière politique. Il est à craindre que les intérêts de certaines entreprises ou de certains secteurs n’aient trop de poids lors de l’élaboration de nouvelles lois. Cela conduit également à une moindre confiance dans la politique. Beaucoup pensent qu’il est temps d’adopter des règles plus strictes.

Ces règles sont à venir, mais pour l’instant, la politique de lobbying dans notre pays est assez souple. Il n’existe pas de registre public dans lequel tous les lobbyistes sont obligés de s’inscrire. Il existe un registre, mais il est volontaire. Les moins de cent personnes qui y figurent ne représentent qu’une petite partie de tous les lobbyistes qui viennent prendre un café à La Haye.

Il n’existe pas non plus d’obligation d’enregistrer chaque contact entre un membre du cabinet et un lobbyiste dans un registre public et de préciser ce qui a été discuté. En outre, les critiques souhaiteraient qu’un comité indépendant se prononce si un membre du gouvernement démissionne et souhaite ensuite passer dans le circuit du lobby.

Un ex-ministre ne peut pas faire de lobbying dans son propre domaine politique

Toutefois, aux Pays-Bas, il est interdit aux ministres et aux secrétaires d’État de travailler comme lobbyistes dans leur propre domaine politique pendant les deux premières années suivant leur départ. Ainsi, par exemple, un ancien ministre de l’énergie n’est pas autorisé à travailler pour un groupe d’intérêt de producteurs d’énergie.

Cette interdiction a récemment été prolongée. Désormais, un ancien ministre n’est pas non plus autorisé à travailler comme lobbyiste dans un secteur lié à son ancien domaine d’action pendant les deux premières années suivant son départ. Cette mesure a été introduite en partie en réponse à un transfert effectué par l’ex-ministre Cora van Nieuwenhuizen l’année dernière.

Elle a été ministre de l’infrastructure et de la gestion de l’eau et, de ce poste, est presque immédiatement passée au groupe d’intérêt Energie Nederland. Bien qu’elle n’ait pas été ministre de l’énergie, elle s’est occupée pendant son ministère des questions énergétiques, par exemple de la taxe sur les camions. Un tel changement ne devrait donc plus être possible en raison de la mesure récemment introduite.

D’autres sont en préparation. Par exemple, il est prévu de créer un comité indépendant qui pourra juger si les anciens ministres souhaitent effectuer un transfert. Il y aura également un code de conduite sur la manière de traiter les lobbyistes et le cabinet veut inscrire dans la loi le « délai de réflexion » de deux ans mentionné plus haut. En outre, une motion a récemment été adoptée par le parlement néerlandais en vue d’introduire un registre obligatoire des lobbies. On ne sait pas encore quand ces règles seront introduites.

Lire aussi:  Les entreprises portant un label durable ne tiennent pas toujours leurs promesses

En ce qui concerne la Commission européenne (CE), les choses pourraient aller un peu plus vite aux Pays-Bas. La semaine dernière, la commission a donc exhorté le gouvernement à se hâter d’adopter des règles plus strictes. Cela devrait également clarifier la manière dont les politiciens doivent traiter avec les lobbyistes, et il est particulièrement important que des sanctions soient prévues pour ceux qui ne respectent pas les règles. Bruxelles souhaite également que des lois soient adoptées afin de clarifier le mode de financement des partis politiques.

Lire aussi:  Schiphol reçoit deux cents agents de sécurité supplémentaires, mais la pression se poursuit

Les règles à Bruxelles sont légèrement plus strictes qu’aux Pays-Bas

Bien que la CE ait donné une tape sur les doigts aux Pays-Bas, il y a aussi régulièrement des remous à Bruxelles au sujet des ministres qui font du lobbying. Les règles européennes sont-elles strictes ?

Elles sont en tout cas plus strictes qu’aux Pays-Bas. Dans l’Union européenne, par exemple, il existe un registre dans lequel les lobbyistes doivent s’inscrire, ainsi que l’organisation qu’ils représentent. Il y a maintenant plus de 12 500 entrées dans ce soi-disant registre de transparence. Sans cet enregistrement, il n’est pas possible d’entrer en contact avec un membre de la Commission européenne, du Parlement européen ou du Conseil européen.

La moitié des participants sont des entreprises et des associations professionnelles. Parmi les autres entités citées figurent des ONG, des groupes de réflexion et des cabinets d’avocats. Le registre comprend le nom de l’organisation, la personne de contact et les sujets discutés ou les rapports auxquels une contribution a été apportée. Shell, Google et la société mère de Facebook, Meta, figurent dans le registre, par exemple, tout comme des groupes d’intérêt tels que l’ANWB, VNO-NCW, FNV, Greenpeace et Amnesty International.

L’UE s’intéresse également aux anciens commissaires européens, comme Mme Kroes, qui souhaitent se reconvertir dans le lobbying. Les anciens commissaires qui souhaitent effectuer un tel changement de carrière doivent demander l’autorisation de la CE pour leur nouveau poste dans les deux premières années suivant leur démission. La CE peut déconseiller une telle démarche.

Le principe de base est que, pendant les deux premières années, les ministres européens ne sont pas autorisés à faire du lobbying dans le domaine dont ils étaient responsables en tant que commissaires. Et de préférence pas après non plus.

Par exemple, la Commission a découragé Mme Kroes de travailler pour Uber, mais l’ancienne commissaire européenne chargée des affaires numériques a tout de même rejoint le service de taxi. Il s’avère qu’elle a même travaillé pour l’entreprise avant le changement officiel. La CE a donc maintenant demandé à Mme Kroes des éclaircissements sur ses activités pour Uber.

Related articles

Share article

Derniers articles

C’est presque pareil, sauf pour le nom : Starbucks en Russie s’appelle désormais Stars Coffee.

En Russie, les anciennes succursales reconverties de la...

Gaby Blaaser ne porte plus rien sur ses photos Insta.

De Spangas à Bons moments, mauvais moments et de Snuff le chien et le château fantôme à Casanova. Nous...

Les organisations caritatives ne peuvent pas ouvrir de compte chez ING en raison du manque de personnel

Les associations et fondations, y compris les organisations...

Un nouveau film sanglant « Jurassic World » avec de l’action classée R est en route !?

Le réalisateur Colin Trevorrow était responsable de la relance en 2015 de la série Jurassic Park-Franchise. Il l'a ensuite...