Les appels à aider les réfugiés non ukrainiens à trouver du travail se font de plus en plus pressants.

Selon les derniers chiffres, il y a actuellement 13 200 réfugiés ukrainiens qui travaillent dans notre pays. Cela représente environ 21 % des Ukrainiens enregistrés. Les règles applicables aux Ukrainiens sont récemment devenues plus clémentes que celles applicables aux autres réfugiés, mais les experts en migration de main-d’œuvre aimeraient qu’il en soit autrement.

Depuis que la Russie a envahi son voisin ukrainien à la fin du mois de février, de nombreux habitants ont fui ce pays d’Europe de l’Est. Au début de ce mois, quelque 62 000 Ukrainiens étaient enregistrés dans notre pays, dont 13 200 avaient un emploi.

Si la recherche d’un emploi se passe si bien, c’est parce que la Commission européenne a imposé aux États membres de n’imposer pratiquement aucune formalité administrative supplémentaire aux employeurs qui souhaitent embaucher un Ukrainien. Il ne reste plus aux employeurs néerlandais qu’à proposer un contrat et à faire rapport à l’organe d’exécution de l’UWV.

Beaucoup d’administration pour les autres réfugiés

C’est un peu différent pour les autres réfugiés dans notre pays. Les personnes qui arrivent ici en tant que demandeurs d’asile doivent d’abord attendre six mois avant d’être autorisées à travailler, puis leur employeur doit demander un permis pour les employer, après quoi le demandeur d’asile est autorisé à travailler pendant six mois. Il doit ensuite attendre six mois de plus avant de pouvoir retravailler. « Aucun employeur ou demandeur d’asile n’attend cela et cela constitue même probablement une violation de la Convention européenne des droits de l’homme », déclare Tesseltje de Lange, professeur de droit des migrations à l’université Radboud.

Si les règles sont si strictes, c’est parce que le gouvernement veut empêcher les réfugiés qui n’ont pas encore de statut de se constituer une sécurité sociale et de s’intégrer trop profondément dans la société. Il est donc plus difficile de les expulser si nécessaire. « Mais pourquoi cela ne serait-il soudainement pas le cas pour les Ukrainiens ? », s’interroge M. De Lange. « Le cabinet dit qu’il est techniquement difficile de changer ces règles, mais cela s’avère ne pas être le cas. C’est juste de la mauvaise volonté politique. »

Ne rendez pas non plus l’accès à l’emploi trop facile pour les réfugiés.

Han Entzinger, professeur émérite d’études sur la migration et l’intégration à l’université Erasmus, est d’accord avec les règles plus strictes. « Si nous rendons trop facile pour les réfugiés de trouver du travail dans notre pays, une demande d’asile devient très attractive. Une migration trop importante n’est pas non plus une bonne chose, car à long terme, cela provoque aussi plus de chômage. »

M. De Lange ne préconise pas de mettre les réfugiés au travail après un seul jour, mais il souhaite que les règles soient moins compliquées. « Une période d’attente de trois mois me semble être une grande amélioration. Au cours de ces premiers mois, il est important qu’ils soient disponibles pour leur procédure d’asile et pour demander des documents. Mais après cela, ils devraient pouvoir travailler sans interruption et rester à un seul endroit de réception. Car pour ceux qui ont un emploi dans un supermarché local, par exemple, c’est incroyablement gênant d’être tout le temps ailleurs. »

Lire aussi:  L'inflation reste élevée, mais a encore légèrement baissé le mois dernier

Le marché du travail néerlandais est moins accessible que dans les pays voisins

Avec ces règles, les Pays-Bas ont un marché du travail moins accessible que beaucoup d’autres pays. Dans la Belgique voisine, par exemple, les réfugiés sont autorisés à travailler de manière illimitée après quatre mois, et même pendant leur procédure, ils peuvent commencer à travailler comme indépendants. Au Royaume-Uni, les sans-papiers sont autorisés à commencer à travailler dès leur arrivée.

Le Comité consultatif des affaires étrangères (ACVZ), qui conseille le Cabinet sur les questions de migration, réclame depuis longtemps une politique de migration de main-d’œuvre plus concrète et dotée d’une vision claire. « Il n’y a tout simplement pas de plan », déclare le secrétaire-directeur Wolf Mannens. « Dans le domaine des soins de santé, par exemple, les règles peuvent déjà être beaucoup plus souples. Vous ne devez pas nécessairement parler un néerlandais parfait ou avoir fait des études pour obtenir un emploi là-bas. On y a également besoin de personnes, par exemple pour distribuer le café et la nourriture ou pour effectuer d’autres tâches. Tout le monde n’a pas besoin d’être médecin.

Lire aussi:  L'inflation reste élevée, mais a encore légèrement baissé le mois dernier

Il faut aussi faire travailler les travailleurs migrants les moins qualifiés.

En mai, le conseil consultatif a plaidé devant la Chambre basse du Parlement pour que, compte tenu de la pénurie actuelle de personnel, l’on s’intéresse aussi plus souvent aux travailleurs migrants moins instruits et que l’on ne se contente pas d’attirer des personnes hautement qualifiées. Cela profiterait à des professions essentielles comme les soins et l’éducation, pense-t-on.

L’importance de l’impact des réfugiés ukrainiens sur notre marché du travail n’est pas claire. Comme ils sont principalement employés par des agences de travail temporaire, il est difficile de calculer exactement le nombre d’heures qu’ils effectuent et leur contribution exacte. « Mais bien sûr, la règle suivante s’applique : ceux qui font quelque chose contribuent davantage que ceux qui ne font rien », déclare M. De Lange.

En 2021, selon le CBS, 41 % du nombre total de détenteurs de statut avaient un travail rémunéré ; aucun chiffre n’est disponible sur le nombre de demandeurs d’asile qui travaillent.

Related articles

Share article

Derniers articles

Comment jouer au blackjack ?

Le blackjack est un jeu de cartes très prisé aussi bien dans les établissements de jeux en ligne que physiques. À l’instar des autres...

La toujours belle Eva Mendes a une « mauvaise journée capillaire » sur des photos Insta.

La toujours belle Eva Mendes a une "mauvaise journée capillaire" sur les photos Insta ... du moins c'est ce...

La bande-annonce IMAX « Ant-Man et la Guêpe : Quantumania » en dit plus sur le petit super-héros.

Il y a quelques jours, la nouvelle bande-annonce du film Marvel Ant-Man and The Wasp : Quantumania a été...

Les Huit Montagnes » conquiert les cœurs des salles d’art et d’essai en Belgique et aux Pays-Bas

L'année écoulée a été un grand succès pour le cinéma belge. Après Zillion et Fermer Les chiffres de fréquentation...

Ce film de premier ordre que personne ou presque ne connaît, mais qui vaut vraiment la peine d’être vu.

Pendant 4 ans, Leonardo DiCaprio a été avec la très belle Camila Morrone. Cependant, elle est bien plus qu'un...