L’EDITO de Fayçal CHARIF

Elections présidentielles

La France à la croisée des chemins !

Par : Fayçal Charif

Dimanche prochain, les français vont voter, dans un premier tour des plus indécis, pour choisir un nouveau président pour leur 5è république, déjà contestée dans certaines sphères. Au milieu de cette présidentielle, toute l’Europe retient son souffle, mais plus grave, c’est la France entière qui vacille et tous les français qui doutent, à tel point que le taux d’abstention est très attendu dans une vérité politique nationale des plus turbulentes, et dans un contexte politique mondial des plus inquiétants.
De l’avis général, cette présidentielle, du moins dans son chapitre « campagne », n’a pas été à la hauteur des espérances des français. Elle n’a pas tenu toutes ses promesses de grande campagne, entachée dès le début par des affaires qui ont déstabilisé certains candidats et vidé de sens le contenu de la campagne. Les français étaient partis pour une comparaison de programmes, ils se sont retrouvés en train de comparer les scandales.
Le « malheureux » François Fillon a été tout au long de cette campagne dans le sable mouvant des affaires « scandaleuses » de sa femme et de ses enfants. La « tristement célèbre » Marine Le Pen, s’est embourbée elle aussi dans des affaires d’emplois fictifs et le plus jeunes des candidats, Emanuel Macron, a été obligé de réfuter les accusations de « sa richesse » et ses rapports étroits avec les banques et les banquiers. De son côté, le surprenant Jean Luc Mélenchon est « accusé » d’être un « extrémiste » dangereux de la gauche et Benoit Hamon est montré du doigt comme une suite de la politique de François Hollande contestée par tous les français.
Les médias, la justice et l’opinion publique avaient pris le relais dans cette campagne inédite pour suivre « les scandales » et « les affaires » et du coup, les programmes ont été relégués au deuxième rang, voir plus, puisque des rebondissements politiques inattendus, voir inconcevables, allaient chambouler la donne politique et électorale, au point de semer le doute sur la version finale de cette présidentielle qui ne ressemble à aucune autre présidentielle de la 5è république.

Dans le lot des candidats, c’est ces cinq candidats qui apparemment joueront la présidentielles de 2017. C’est un des cinq qui sera le président (ou la présidente) de la France. Mais les petits candidats, au nombre de six, sont là pour faire un peu de chahut politique et perturber l’ordre établi et pourquoi pas jouer les troubles-fête entre les deux tours. Ils ont pour noms : François Asselineau, Nicolas Dupont-Aignan, Jacques Cheminade, Nathalie Arthaud, Philippe Poutou et Jean Lassalle. Ils grignoteront quelques voix au premier tour pas plus et ils se positionneront politiquement au deuxième tour dans l’échiquier du deuxième tour.
Politiquement parlant, la classe politique française est en crise depuis quelques années déjà. L’échec ahurissant et cuisant du Président François Hollande est du en grande partie à la crise politique interne qui secoue le parti socialiste et toute la gauche depuis la fin de règne de François Mitterand. La droite, malgré la belle image laissée par Jacques Chirac, n’a pas cessé de piétiner depuis « l’avènement » de l’arrogant Sarkozy, qui a divisé encore plus une droite en quête de reconquête.
Ce duel éternel dans la politique française a propulsé l’extrême droite et le Front national des « Le Pen » au devant de la scène pour devenir une force politique nouvelle et qui a son poids. Au point où aujourd’hui, il est annoncé au deuxième tour avec force dans tous les sondages.
En face, les chiffres mettent Emmanuel Macron en rival inattendu de Marine Le Pen, à moins d’une surprise (déjà réalisée) de Mélenchon pour être au deuxième tour à la place de Macron. Dans ce labyrinthe, on ne mise pas beaucoup sur Fillon, qui serait le pire scénario de cette présidentielle avec Le Pen au second tour. Benoît Hamon est loin derrière et son élimination annoncée avec un petit score serait la fin du parti socialiste dans sa conception actuelle.
Pour cette présidentielle, la France est à la croisée des chemins. Dans tous les cas de figures, un séisme politique est attendu. Si Macron passe, c’est que les français demandent du sang nouveau dans la politique, si c’est Mélenchon, cela veut dire que le discours de l’extrême gauche est le plus écouté, mais si c’est Fillon, cela veut dire que les français veulent reproduire la politique de Sarkozy avec d’autres « costumes ». Mais chose est sûr, la fille Le Pen sera au deuxième tour, elle le sait et elle affiche son sourire « sournois » pour dire que qu’elle le sait.
Ici et là, on dit qu’il est impossible que les français ouvrent les portes de l’Elysée à Marine Le Pen, qu’ils donnent le pouvoir au Front National et laissent la « Grande France » aux mains de l’extrême droite, parce que tout le monde connaît les conséquences de ce choix politique. Il sera question d’une autre France et une autre trajectoire pour le pays des libertés. Logiquement, les forces politiques vont faire bloc pour barrer la route des « Le Pen » au pouvoir. Mais, y’a t-il vraiment de logique en politique…A suivre avec attention et inquiétude.

F.CH

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *