La banane, prunelle des yeux?

La banane, prunelle des yeux?

Par : Abdelkader  DJEBBAR

Ces derniers temps il n’y a des mots que pour les maux que Madame de La Banane crée à tout bout de champ sans bananier qui pourtant alimente, entre autres pays, l’Algérie devenue ogresse de ce luxueux régime. Et maintenant, on va jusqu’à faire des calculs pour savoir de combien de bananes le citoyen algérien a besoin annuellement pour se maintenir en forme afin de mieux produire, afin d’être un futur grand producteur. J’ai failli dire de bananes. Mais en bout de ligne, il faut croire que l’Algérien a tout juste besoin d’une banane par mois pour performer et économiser. Quelle salade algérienne alors!

En 2016, les quantités des bananes importées s’étaient établies à 201.320 tonnes pour un montant de 142,3 millions de dollars contre 247.027 tonnes pour 182,2 millions de dollars en 2015, rapporte la radio nationale sur son site.

Un retour de la banane sous les 200 dinars le kilogramme semble cependant être totalement exclu pour le moment. “Le coût de revient est désormais de 170 dinars. Il ne faut pas oublier qu’il y a eu une augmentation de taxes. La Taxe intérieure de consommation (TIC), par exemple, est passée de 20 à 30%. Je pense que le prix de la banane sera entre 200 et 250 dinars le kilogramme », explique Abdelhamid Bouarroudj cité par notre confrère TSA. Le prix de ce fruit oscille actuellement entre 750 et 900 dinars le kilogramme. Concrètement incroyable, dit-on.

Mais en faut, s’interroge un citoyen de rang social médium: la banane est-elle indispensable ? Est-elle un produit de première nécessité? La banane a-t-elle des effets thérapeutiques? À chacun sa réponse!

A.D

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *