Syrie: une réconciliation entre gouvernement et groupes armés, unique option pour un règlement du conflit

Syrie: une réconciliation entre gouvernement et groupes armés, unique option pour un règlement du conflit

DAMAS – Le président syrien, Bachar al-Assad, a affirmé que les pourparlers de Genève sont un pas sur une longue voie pour résoudre la crise en Syrie, jugeant qu’une réconciliation entre gouvernement et groupes armés est l’unique option pour un règlement définitif du conflit.

“Les pourparlers doivent être inter-syriens”, a souligné M. al-Assad dans une interview accordé à la chaîne chinoise de télévision “Phoenix” et relayé par l’agence de presse syrienne Sana.

Il a en outre relevé que “la délégation de l’opposition n’était pas unifiée et qu’il y avait de différentes délégations de l’opposition à Genève”.

“Avec qui doit-on négocier en tant que gouvernement ? Qui est parmi elles est le négociateur ? qui représente-t-il ?”, s’est ainsi interrogé le président syrien.

Et de poursuivre : “Il n’y a pas eu de négociations cette fois-ci à Genève. La seule question dont on a discuté était l’ordre de jour”.

“C’est l’une des raisons pour lesquelles les pourparlers n’ont rien réalisé”, a-t-il expliqué.

Pour le chef d’Etat syrien, “un règlement en Syrie englobe deux volets”, le premier concerne “la lutte antiterroriste” qui représente “un devoir pour le gouvernement qui doit recourir à tous les moyens disponibles en vue d’éradiquer ce fléau qui détruit le pays”. Le deuxième volet est “le dialogue”.

“Il y a le côté politique qui dépend de l’avenir de la Syrie et de la nature du régime politique dont on a besoin sans prendre en compte la forme de ce régime qui sera décidée par les Syriens par le biais d’un référendum”, a-t-il précisé.

“L’autre côté se représente dans la tentative de pousser le nombre le plus important de personnes qui étaient affiliées aux terroristes et qui avaient commis des actes terroristes à retourner à leur vie normale et à renoncer à leurs armes contre l’amnistie avancée par le gouvernement”.

Et le président al-Assad de poursuivre : “Le seul règlement depuis le début de la guerre déclenchée contre la Syrie réside dans la réconciliation entre le gouvernement et les hommes armés”, se félicitant que “plusieurs de ces hommes avaient fini par adhérer au gouvernement et combattent actuellement à ses côtés de lui, alors que d’autres avaient déposé leurs armes et sont retournés à leur vie normale”.

Aps

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *