Algérie-Qatar côte à côte

Algérie-Qatar côte à côte

Synthèse par : M. AZZEDE

À l’issue de son récent séjour en Algérie, le chef de la diplomatie Qatarie a indiqué que l’objectif de sa visite en Algérie était “l’examen des relations bilatérales et des derniers développements survenus au Golfe entre notre pays et l’Arabie Saoudite, les Émirats Arabes Unis et le Bahreïn”, soulignant dans la foulée la position “honorable” de l’Algérie à l’égard de la crise entre son pays et ses voisins du Golfe, notamment à travers son appel à faire prévaloir le dialogue.

“L’Algérie en tant que grand pays dans le monde arabe peut, de par son influence dans la région, jouer un rôle dans les relations interarabes”, a ajouté le Ministre Qatari. Il est vrai que rares sont les autres pays arabes à s’être exprimés sur la question adoptant le vieil adage ” la parole est d’argent, le silence est d’or.

L’Algérie a affirmé qu’elle “reste confiante que les difficultés actuelles  ne peuvent être que conjoncturelles et que la sagesse et la retenue finiront par prévaloir tant les véritables défis qui se dressent devant la marche des pays et des peuples arabes vers une solidarité agissante et une unité effective sont nombreux dont le terrorisme n’est pas des moindres”.

Mais en fait, la guerre des mots dans le Golfe et en Amérique, se situe-a-t-elle entre Arabes ou avec l’Amérique de Donald Trump qui, l’espace de quelques heures, a dicté ses désirâtes sur place avant de rejoindre son pays et se laver les mains par rapport à la situation que vivent les Qataris.

Il faut rappeler que lors de ce voyage à Ryad le 20 mai dernier, le Président Américain a obtenu un méga contrat militaire. Les États-Unis et l’Arabie Saoudite ont effet signé des contrats d’un montant global de 380 milliards de dollars dont 110 milliards de ventes d’armement, un contrat bien inférieur néanmoins à celui conclu avec l’Arabie saoudite fin mai, quelques jours avant l’éclatement de la crise du Golfe. Trump arme donc un peu tout le monde dans le Golfe.

Cette transaction intervient quelques jours à peine après l’annonce, lundi 5 juin, par l’Arabie Saoudite et ses alliés de leur décision de rompre leurs relations diplomatiques et économiques avec le Qatar. Finalement, tout laisse croire que aussi bien l’Arabie Saoudite que Qatar se font dos rond…

A.M

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *