InternationalMoyen OrientNews

Yémen : 30.000 enfants meurent chaque année de malnutrition (UNICEF)

AMMAN - Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance a alerté dimanche sur la situation des enfants au Yémen qualifié d'"enfer sur terre" où 30 000 enfants meurent chaque année à cause de la malnutrition, alors que toutes les 10 minutes un enfant meurt de maladies "facilement évitables", ont rapporté des médias locaux. 

Yémen : 30.000 enfants meurent chaque année de malnutrition (UNICEF)

AMMAN – Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance a alerté dimanche sur la situation des enfants au Yémen qualifié d'”enfer sur terre” où 30 000 enfants meurent chaque année à cause de la malnutrition, alors que toutes les 10 minutes un enfant meurt de maladies “facilement évitables”, ont rapporté des médias locaux.

Dans une conférence de presse à Amman (Jordanie), le directeur de l’UNICEF pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, Geert Cappelaere, a affirmé que “la photo bouleversante” publiée, 26 octobre, sur la couverture du quotidien américain, New York Times, de la fillette yéménite Amal de 7 ans au corps émacié par la malnutrition, décédée moins d’une semaine après, n’est pas “le seul enfant à subir ce sort au Yémen”.

“Quelques 30.000 enfants meurent chaque année de malnutrition au Yémen. Il n’y a pas une seule Amal, il y a malheureusement plusieurs milliers d’Amal”, a souligné M. Cappelaere, de retour d’une mission effectuée dans ce pays du sud-ouest de la péninsule arabique ravagé par un conflit depuis  plus de trois ans.

Selon les données de l’Unicef, 1,8 million d’enfants yéménites souffrent aujourd’hui de malnutrition “aiguë” dont 40% d’entre eux vivent à Hodeïda et dans les gouvernorats voisins.

“La malnutrition chronique, qui touche la moitié des enfants de moins de 5 ans du pays a un impact extrêmement important sur le développement de leurs cerveaux”, a relevé l’Unicef, précisant que “tous ces enfants ne développeront jamais pleinement leur potentiel intellectuel”.

L’organisation onusienne a fait savoir également que 1,1 million de femmes enceintes ou allaitantes sont anémiques nécessitent une prise en charge urgente.

Quant aux niveaux de vaccination, l’Unicef a évoqué une “considérable diminution” depuis le début de la guerre en 2015.

“Les campagnes d’immunisation à l’échelle nationale étant inexistantes, des épidémies de rougeole et de diphtérie sont apparues avec des conséquences fatales sur les enfants”, a ajouté le Fonds des Nations unies pour l’enfance.

“Aujourd’hui, toutes les 10 minutes un enfant yéménite meurt de maladies qui peuvent être facilement évitées. Malheureusement, la situation étant catastrophique et extrêmement grave, la situation ne fait que s’aggraver”, a déploré encore le responsable de l’Unicef.

Dans le cadre de son programme de transferts monétaires d’urgence, l’organisation onusienne a reconnu qu’elle ne fournit que de “très petites sommes d’argent” à 1,5 million de familles les plus vulnérables et les plus pauvres du Yémen.

En l’absence de toute solution à la crise actuelle, l’Unicef a appelé à poursuite de l’action humanitaire, demandant aux parties au conflit de veiller à ce que l’assistance humanitaire et la protection de la population puissent se poursuivre sans condition.

“Notre demande s’adresse aussi à la communauté internationale pour qu’elle continue à être aux côté du peuple yéménite et envers les enfants”, a déclaré M. Cappelaere, invitant toutes les parties au conflit à se réunir sous le leadership de l’envoyé spécial de l’ONU, Martin Griffiths et à se mettre d’accord sur un cessez-le-feu et un accord de paix.

Aps

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voire aussi

Fermer
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :