AMÉRIQUEEtats-UnisNews

USA: Les élections de mi-mandat

Le 6 novembre prochain, les électeurs américains seront appelés aux urnes. À l'occasion des midterms ou élections de mi-mandat, ils vont renouveler l'intégralité de la Chambre des représentants et une partie du Sénat, à majorité républicaine. Ce n'est pas tout : dans certains États, ils vont également élire leurs gouverneurs, des maires ou encore des représentants locaux

USA: Les élections de mi-mandat

Montréal par : Abdelkader DJEBBAR

Le 6 novembre prochain, les électeurs américains seront appelés aux urnes. À l’occasion des midterms ou élections de mi-mandat, ils vont renouveler l’intégralité de la Chambre des représentants et une partie du Sénat, à majorité républicaine. Ce n’est pas tout : dans certains États, ils vont également élire leurs gouverneurs, des maires ou encore des représentants locaux. Cette élection d’ampleur, en termes de sièges à renouveler, ressemble aussi à un référendum pour ou contre Donald Trump. Ces midterms « sont une sorte de sondage grandeur nature des deux premières années de la présidence », décrypte-t-on, selon plusieurs médias nord-américains. Le résultat pourrait bloquer ou renforcer sa fin de mandat.

La campagne se donc faite en grande partie autour de la personnalité et du bilan du président en place. Il s’est d’ailleurs engagé avec ferveur dans la campagne afin d’enrayer une possible « vague bleue ». Face à lui, de nombreuses personnalités dont beaucoup de femmes, poussées par leur hostilité envers le milliardaire, ont décidé de se lancer pour la première fois en politique. Misant sur ce renouvellement, le camp démocrate joue gros : il espère regagner des sièges pour influencer la politique des deux prochaines années et surtout se reconstruire en vue de la présidentielle de 2020.

En général, l’histoire est favorable au parti d’opposition. Première occasion d’un vote sanction, les élections de mi-mandat sont traditionnellement défavorables au camp du président au pouvoir. Et Donald Trump semble particulièrement impopulaire dans les sondages d’opinion. Les démocrates se sont donc pris à rêver d’une « vague bleue » dans les deux chambres. Mais à l’approche du scrutin, ce scénario est de moins en moins crédible.

Si, pour la Chambre, l’objectif de 23 sièges à conquérir semble atteignable, le Sénat paraît plus difficile à reprendre. Les démocrates y font face à une conjoncture plus difficile : ils doivent défendre 26 des 35 sièges remis en jeu, dont plusieurs dans des Etats qui ont voté majoritairement pour Donald Trump à la présidentielle.

Qui sont les têtes d’affiche ? Si quelques nouveaux se sont fait remarquer comme Andrew Gillum, candidat démocrate au poste de gouverneur en Floride, ou Alexandria Ocasio-Cortez, les projecteurs ont surtout mis en lumière des personnalités nationales. Avec en tête : Donald Trump. Si son nom n’apparaît pas sur les bulletins de vote, le président est omniprésent dans cette campagne. Wisconsin, Texas, Nevada, Arizona… Entre la fin août et la date de l’élection, la Maison Blanche lui a prévu 40 déplacements en deux mois. Le président américain vient défendre les candidats républicains et martèle son message de campagne devant des supporters galvanisés, le regard déjà porté sur la présidentielle de 2020.

A.D

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :