Analyse

Une faute pour Trump, une victoire à la Pyrrhus pour Israël

Une faute pour Trump, une victoire à la Pyrrhus pour Israël

Par : Kharroubi Habib

En annonçant sa décision de déclarer Jérusalem capitale «indivisible» d’Israël, Donald Trump n’ignorait pas ce qu’elle allait inévitablement susciter la colère aux conséquences imprévisibles des Palestiniens pour lesquels elle acte le déni américain de leur revendication non négociable sur Jérusalem-Est. Pas plus que la colère qu’elle provoquerait dans le monde arabo-musulman en raison de l’attachement religieux qu’il voue à Jérusalem et le tollé international quasi unanime qu’elle soulèverait parce que faisant fi des résolutions des Nations unies.

Le fait même que le président américain s’est donné du temps pour la rendre officielle démontre qu’il s’est donné celui d’en peser les conséquences qu’elle induira pour l’Amérique. Sa déduction a été à l’évidence que son pays ne se mettrait pas en péril en l’endossant. Il s’en est d’autant convaincu qu’il lui apparaissait que le conflit israélo-palestinien qui dure depuis trop longtemps a émoussé la résistance des Palestiniens fatigués du combat sans perspective qu’ils livrent à l’entité sioniste à cause du désengagement en celui-ci et du monde arabo-musulman et de la communauté internationale, tous deux l’ayant opéré au prétexte que sa résolution n’est pas une priorité en regard d’autres dont ils sont le théâtre ou les acteurs. Il ne fait aucun doute que partant de ces postulats, Donald Trump a fait le pari que les Palestiniens s’en tiendront à de symboliques manifestations contre sa décision, que le monde arabo-musulman en fera de même et que la communauté internationale s’abstiendra de toute autre réaction ou initiative que celle de la « regretter » ou la « désapprouver ».

Les jours à venir diront si Donald Trump a joué pari gagné en décidant d’offrir à Israël la « victoire » qu’est pour lui la reconnaissance par l’Amérique que Jérusalem est bel et bien sa capitale « historique et indivisible » ou a par mauvaise appréciation enclenché une machine infernale dont la déflagration induira des conséquences ingérables tant par Washington que Tel-Aviv. Elles n’ont pas été que pure rhétorique diplomatique les mises en garde prévenant la Maison Blanche contre les suites qu’engendrerait sa décision d’attribuer à Jérusalem un statut qui brise le consensus international sur la question. L’Autorité palestinienne et les capitales du monde qui les ont formulées ont voulu en vain faire appel à la raison de Donald Trump qu’ils considèrent avoir sous-estimé le potentiel provocateur et explosif de sa décision.

Pour aussi fatigués qu’apparaissent les Palestiniens et que le désintérêt du monde arabo-musulman pour leur cause semble être la réalité de cette dernière décennie, Donald Trump en piétinant leur dignité avec sa décision de remettre en cause leur seule revendication commune leur fournit incontestablement le ciment qui peut ressouder le front qu’ils ont opposé en d’autres temps aux machinations israélo-américaines dans le conflit palestino-israélien. L’affront que leur a administré le président américain est à laver à leurs yeux car suscité par le mépris qu’il leur voue. Ils s’y emploieront en donnant une dimension à leur riposte qui n’est attendue ni par le président américain et ses sionistes de conseillers, ni par les dirigeants palestiniens et arabo-musulmans qui tétanisés par la peur de déplaire à la plus grande puissance du monde se cantonnent à subir l’affront et voire même à y voir la transgression d’un tabou dont la persistance est nuisible pour l’alliance de dominés à suzerains avec le couple américano-israélien qui est le seul viatique de sauvegarde pour leurs pouvoirs branlants et honnis.
 

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :