Analyse

Un soutien qui suscite incompréhension et indignation

Un soutien qui suscite incompréhension et indignation

Par : Kharroubi Habib

L’empressement inattendu de l’Algérie à se ranger au côté de l’Arabie Saoudite dans le conflit diplomatique qui a éclaté entre elle et le Canada sur la question des droits de l’homme que ce dernier pays a jugé être gravement bafoués dans le royaume wahhabite a suscité incompréhension et indignation au sein d’une large partie de l’opinion publique. Ce qui n’est pas pour surprendre tant la monarchie saoudienne a mauvaise presse auprès de nombreux citoyens.

Il y a incompréhension de leur part que l’Algérie vole au secours de cette monarchie qu’ils perçoivent comme rétrograde, responsable au premier chef des conflits géopolitiques et religieux qui ont plongé le monde arabo-musulman dans le chaos où il se trouve et qui plus est professe une Algérophobie qu’elle traduit par des manigances anti-algériennes sur la scène internationale. L’argument du rejet de la non-ingérence étrangère dans les affaires intérieures des pays souverains avancé par les autorités algériennes n’a guère convaincu dans ces milieux qui n’ont vu dans leur prise de position qu’une lamentable tentative de leur part de s’attirer les « bonnes grâces » de la monarchie wahhabite. Ce qui n’est peut-être pas faux mais qui oblige tout de même à considérer comme plausible que ces autorités ont d’abord et avant tout saisi l’occurrence du conflit canado-saoudien pour manifester le refus des pressions et interpellations étrangères dont elles font elles-mêmes l’objet sur la même question.

Les rapports de l’Algérie à la monarchie wahhabite sont tellement clivant entre Algériens que les responsables de la diplomatie nationale ont dû s’attendre à une levée de boucliers contre leur prise de position. Peut-être ont-ils pensé que les citoyens ayant approuvé et applaudi au soutien que leur pays malgré des relations Algéro-Marocaines exécrables a fait montre de solidarité avec le royaume voisin en appuyant sa candidature à l’organisation de la Coupe du monde de football pour 2026 feraient de même s’agissant de la solidarité manifestée à l’endroit de la monarchie wahhabite ? Peu de pays sinon aucun à part l’Algérie n’a pris position pour cette monarchie. Même ceux qu’elle arrose généreusement et étend sur eux une aile protectrice se sont abstenus de la soutenir publiquement conscients qu’elle a cause indéfendable sur la question des droits de l’homme.

L’Algérie a été peut-être « droite dans ses bottes » en réaffirmant son refus de l’ingérence étrangère fût-ce sous couvert de la défense des droits de l’homme, mais a donné d’elle-même l’image d’être un pays qui se range dans le camp de ceux qui les piétinent. Il ne faut pas écarter enfin l’hypothèse que les autorités algériennes ont exprimé leur étrange et dérangeant soutien à la monarchie wahhabite pour complaire à l’électorat islamiste au poids qui compte en prévision de l’échéance de l’élection présidentielle de 2019. En matière de calculs politico-électoraux le pouvoir est d’une extraordinaire inventivité.

KH.H

 

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :