Un congé sabbatique de six mois est possible, mais pas acquis.

De nombreux employés de notre pays aimeraient prendre un congé sans solde de six mois pour faire un voyage en Australie, en Asie ou en Amérique du Sud, mais dans quelle mesure un tel congé sabbatique est-il possible maintenant que la pénurie de personnel est généralisée et que la charge de travail augmente ?

Il est possible de demander un congé sans solde de quelques mois, mais la principale question en ces temps est de savoir si cela est réellement possible.

Aux Pays-Bas, les salariés peuvent recourir à un certain nombre de régimes de congé, mais uniquement s’ils remplissent les conditions requises. Néanmoins, les employés n’ont pas le droit d’exiger un congé sabbatique de leur patron.

« Dans certaines conventions collectives, elle est incluse. Il s’agit ensuite de fonctions supérieures dans lesquelles les gens travaillent, pour ainsi dire, 24 heures sur 24 », explique Ruben Houweling, professeur de droit du travail à l’université Erasmus de Rotterdam.

L’association d’employeurs AWVN ne remarque pas que le nombre de demandes de congé sabbatique a augmenté maintenant que les employés sont dans une position plus forte en raison de l’étroitesse du marché du travail. « Les gens doivent aussi gagner de l’argent, et le congé sans solde est quelque chose que vous devez pouvoir vous permettre », explique un porte-parole.

Lire aussi:  La moitié des ménages paie l'énergie au prix fort en raison d'un contrat variable

En outre, il ne va pas de soi que les employés se voient immédiatement accorder un congé sabbatique, affirme l’AWVN. « Un employeur ne doit pas être automatiquement d’accord. La pression du travail est déjà élevée, et elle ne fait qu’augmenter lorsque quelqu’un part pour un long voyage. Un employeur peut donc toujours refuser, en raison d’un intérêt commercial important. »

C’est surtout une question de donner et de recevoir

Le professeur Houweling estime qu’il s’agit principalement d’une question de donnant-donnant. « Après deux ans de corona et une charge de travail énormément élevée, un employé peut dire qu’il est à bout : soit vous faites une pause, soit vous tombez. Mais d’un autre côté, il serait alors peut-être temps d’aller chez le médecin du travail. »

Lire aussi:  Taux hypothécaires stables pendant un certain temps, avec même une légère baisse

L’AWVN ne remarque pas que ce type de discussions conduit à davantage de conflits du travail. « Non, il n’y a presque jamais d’incidents car les choses s’arrangent toujours en concertation. Ni les employés ni les employeurs n’en profitent. »

Ce n’est que dans le pire des cas qu’elle peut déboucher sur un conflit de travail, affirme M. Houweling. « Mais ensuite, en tant qu’employé, il faut vraiment mettre le paquet. Dans le pire des cas, cela peut conduire à un licenciement forcé. »

Related articles

Share article

Derniers articles

Voici à quoi ressemble Anya Taylor-Joy de « The Queen’s Gambit » sans maquillage.

On peut maintenant voir Anya Taylor-Joy dans The Menu. Ce thriller tourne autour d'un dîner et bien sûr, l'actrice...

La trois millionième Tesla sort de la chaîne de montage

La trois millionième Tesla vient de sortir de...

La santé mentale oblige Tom Holland à faire un choix radical

Tom Holland n'a que 26 ans, mais il est déjà l'une des plus grandes stars d'Hollywood. Pourtant, ce n'est...

La trois millionième Tesla sort de la chaîne de montage

La trois millionième Tesla vient de sortir de...

Les 3 films les plus vus sur Netflix le week-end dernier

Pour beaucoup de gens, le week-end est le moment idéal, après une semaine d'école ou de travail chargée, pour...