Analyse

Un clan acculé et un pouvoir en pleine panade va quoi faire

La réponse du peuple au pouvoir qui a essayé de le duper en lui proposant une démarche de sortie de la crise politique provoquée par l'intention déclarée de Bouteflika et de son clan de prolonger leur règne finissant a été délivrée ce vendredi passé d'une façon dont il ne devrait tirer que la seule conclusion qu'il n'a plus d'autre alternative que d'abandonner l'espoir d'une transition dont il serait le maître d'œuvre.

Un clan acculé et un pouvoir en pleine panade va quoi faire

Oran par : Kharroubi Habib

La réponse du peuple au pouvoir qui a essayé de le duper en lui proposant une démarche de sortie de la crise politique provoquée par l’intention déclarée de Bouteflika et de son clan de prolonger leur règne finissant a été délivrée ce vendredi passé d’une façon dont il ne devrait tirer que la seule conclusion qu’il n’a plus d’autre alternative que d’abandonner l’espoir d’une transition dont il serait le maître d’œuvre. La balle ayant été de la sorte renvoyée par le mouvement populaire dans le camp de ce pouvoir, les Algériens sont en attente de savoir si ayant pris la mesure sidérante de son rejet, il va avoir la sagesse de s’en remettre à la volonté populaire ou persister à ruser avec elle en sortant de sa manche une énième feuille de route visant à lui procurer une prolongation de mandat, mettant en avant des concessions qu’il n’a pas faites dans la précédente, mais dont le lâcher ne le dessaisira pas du pilotage et du balisage de la transition. Sauf que les tentatives successives du pouvoir d’enfumer le mouvement populaire ont été systématiquement éventées et mises en échec par celui-ci, en leur opposant des fins de non-recevoir qui sont irrévocables et endossées par le peuple quasi unanime. Ce pouvoir n’a pu que constater qu’à chaque fois qu’il s’est avisé de prendre le mouvement populaire qui s’est dressé contre lui pour un conglomérat de « bisounous » dont il viendra à bout en lui proposant des variantes de la feuille de route proposée initialement par Bouteflika mais visant au final le même but : la prolongation du mandat de ce dernier et le temps pour lui et son clan de se ménager une sortie la moins humiliante possible et surtout sans danger pour eux, il n’a récolté qu’un rétrécissement à chaque fois plus probant de sa marge de manœuvre. En l’état où le pouvoir est acculé par la détermination citoyenne et ne lui offre pour viatique que son départ, il ne parvient même plus à trouver des « Messieurs Bons offices » susceptibles de lui négocier une porte de sortie autre que celle que lui ont désignée les millions de manifestants qui se sont fait entendre vendredi. Le vide s’installe autour de lui comme le démontre le refus des politiques, toutes obédiences comprises, de négocier avec lui sa feuille de route mais aussi les défections de plus en plus larges au sein de sa propre clientèle politique et sociale. Saura-t-il admettre ce pouvoir qu’il est parvenu en fin de course et s’en remettrait-il à la volonté populaire et à ses non négociables exigences ? Ce serait l’inattendu et improbable service de sa part qu’il peut rendre à un peuple et à un pays qu’il a malmenés avec arrogance et humiliation pendant deux décennies.

KH.H

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :