NewsPoint de vue

U P F : ÉDITORIAL « Pour l’UPF, aucun compromis n’est possible aux dépens des règles de démocratie et de transparence »

En novembre 2014, à l’issue de ses Assises, dites du « renouveau », tenues à Dakar (Sénégal), notre organisation s’était engagée résolument à rompre avec des pratiques de mal gouvernance, d’absence de démocratie et de transparence dans son fonctionnement. Ainsi, des règles précises avaient été édictées pour limiter, à un maximum de trois, les mandats consécutifs de deux ans au niveau de toutes instances. De même, le Bureau international a été soumis à un rigoureux contrôle de l’origine et de l’utilisation des ressources de l’UPF.

U P F : ÉDITORIAL

« Pour l’UPF, aucun compromis n’est possible aux dépens des règles de démocratie et de transparence »

Par : Madiambal DIAGNE 
Président international

En novembre 2014, à l’issue de ses Assises, dites du « renouveau », tenues à Dakar (Sénégal), notre organisation s’était engagée résolument à rompre avec des pratiques de mal gouvernance, d’absence de démocratie et de transparence dans son fonctionnement. Ainsi, des règles précises avaient été édictées pour limiter, à un maximum de trois, les mandats consécutifs de deux ans au niveau de toutes instances. De même, le Bureau international a été soumis à un rigoureux contrôle de l’origine et de l’utilisation des ressources de l’UPF.

Ce nouvel élan nous a valu de grandes satisfactions. Depuis lors, personne n’a pu prendre à défaut le Bureau international quant au respect de ces prescriptions fixées dans les statuts de notre organisation. Aussi, avons-nous pu constater un regain d’intérêt des membres et sympathisants de l’UPF pour nos activités. L’UPF a pu redorer son blason et est alors redevenue fréquentable pour les organisations internationales de coopération multilatérale et même pour les organisations faitières des médias.

Il reste que si l’UPF Internationale a réussi parfaitement sa mutation, certaines sections membres ont pu se montrer réticentes, pour s’inscrire dans une telle dynamique. Un travail de persuasion a été mené de manière systématique. A chaque réunion du comité international qui regroupe, au moins une fois par an, l’ensemble des présidents de sections de l’UPF, le mot d’ordre d’adapter le fonctionnement des instances aux règles de l’organisation a été réitéré. Mieux, le Bureau international s’est évertué à faire un travail d’approche pour permettre aux sections récalcitrantes, de se faire aux nouvelles règles. En effet, des réticences avaient pu être observées au niveau de certaines sections où des dirigeants n’avaient pas voulu entendre les appels à renouveler les instances. Le bureau international a accompagné nombre de ces sections, jusqu’à arriver à procéder à des renouvellements dans un esprit de transparence et de démocratie, finalement salué unanimement.

Il reste que quelques rares sections manifestent encore des velléités pour refuser de s’inscrire dans cette dynamique. Le Bureau international a ciblé ces sections, pour persuader leurs dirigeants à amener leurs instances à faire comme toutes les autres sections du monde. C’est de guerre lasse, qu’un courrier spécifique a été adressé, il y a quelques jours, par le Président international de l’UPF, aux présidents et autres membres des sections de Belgique, du Bénin, de Centrafrique, du Gabon, de Guinée équatoriale et du Tchad, pour leur demander de prendre les dispositions nécessaires, afin de procéder au renouvellement de leurs instances, au plus tard le 30 juin 2019.

Le Bureau international contrôlera de telles opérations, pour s’assurer du respect scrupuleux des règles de démocratie de transparence. Passé ce délai, le Bureau international, conformément aux dispositions statutaires de notre organisation, prendra les mesures idoines pour conformer le fonctionnement de ces sections aux règles communes qui gouvernent les instances de l’UPF. Il doit être clair qu’aucun compromis ne sera possible aux dépens des règles de démocratie et de transparence.

Par ailleurs, dans quelques pays où l’UPF ne disposait pas encore de sections fonctionnelles, des personnes avaient reçu le mandat de travailler pour la mise en place de nouvelles sections. De nombreuses missions du genre ont été couronnées de succès et cela a permis d’élargir la famille de l’UPF. Nous nous en félicitons. Mais dans certains autres pays comme l’Angola, le Burundi, ou l’Egypte, depuis plusieurs années, les efforts n’ont pas encore abouti avec succès. Le Bureau international va évaluer la capacité des personnes chargées de monter les sections et prendra les initiatives pertinentes.

Bonne fête à ceux et celles qui célèbrent l’l’Aid El Fitr, marquant la fin du mois de ramadan ou carême musulman.

M.D

 

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :