News

Tunisie : La grogne touche plusieurs régions du pays

Tunisie

La grogne touche plusieurs régions du pays

Par : Ait Mammar Nacer

Comme nous l’avons prédit dans notre édition d’hier, la grogne populaire a pris de l’ampleur durant ces 24h. Elle s’est propagé dans d’autres région du pays ainsi que certaines localités de la capitale. Des manifestants ont pris d’assaut les sièges des gouvernorat de Jendouba (centre-ouest) et de Béjà (ouest). Des affrontements ont opposé les groupes de jeunes aux forces de sécurité.

En fin de matinée d’aujourd’hui, le chargé de communication au sein du ministère de l’Intérieur, Walid Louguini a indiqué que 59 agents sécuritaires ont été blessés durant ces deux derniers jours ; sans oublier le décès d’un agent.

Il a jouté que 2 voitures de police, une voiture de la police municipale, une voiture de la garde nationale et une voiture de la garde douanière ont été incendiées par des protestataires, dans différentes régions.

 

Cependant, la crainte d’une explosion sociale agite la Tunisie alors que des manifestations se poursuivaient jeudi dans la région de Kasserine, où le chômage et la misère constituent des fléaux toujours aussi aigus cinq ans après la fuite de zine El Abidine Ben Ali.

Rappelons que ces troubles ont débuté après le décès samedi à Kasserine (centre) d’un chômeur de 28 ans, électrocuté après être monté sur un poteau. Il protestait avec d’autres contre son retrait d’une liste d’embauches dans la fonction publique. Ce drame et les violences qui l’ont suivi ont un air de déjà-vu.

Les vives tensions à Kasserine, où les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogène et de canons à eau contre des rassemblements de plusieurs centaines de personnes, se sont propagées à partir de mardi à d’autres villes alentour.

A Tunis, quelque 150 personnes ont également manifesté mercredi et brandi des portraits du chômeur décédé, en clamant « Le travail est un droit ».

En soirée à Feriana, à une trentaine de kilomètres de Kasserine, un policier de 25 ans est décédé durant la dispersion d’une manifestation, selon le ministre de l’Intérieur, qui n’a pas détaillé les circonstances. Une source de sécurité a affirmé que le véhicule du policier s’était renversée lors de la dispersion du cortège.

Plus d’un millier de personnes, souvent jeunes, se sont à nouveau rassemblées jeudi matin devant le gouvernorat à Kasserine, a-t-on appris.Devant la forte présence sécuritaire, nombre d’entre eux cherchaient à obtenir des renseignements sur le recrutement de 5.000 chômeurs annoncé la veille en urgence par le porte-parole du gouvernement, Khaled Chaouket.

« Nous sommes là depuis 07H00 mais aucun responsable n’est sorti pour nous parler jusqu’à maintenant. Ce sont des promesses en l’air », a déclaré Houcem el Rhili, 24 ans.

« Nous sommes prêts à travailler sur des chantiers s’il le faut. Que quelqu’un sorte et nous parle! », ont clamé Mohammad et sa femme, dénonçant une « situation insupportable ».

Signe de la tension, un jeune homme a tenté de se jeter du haut du toit du gouvernorat, avant d’être retenu in extremis par d’autres personnes.

Les routes menant à Kasserine portaient les stigmates des heurts des derniers jours: pneus calcinés, cartouches de lacrymogènes et pierres jonchant les rues.

Dans la presse, plusieurs titres rappelaient qu’à l’origine des troubles figure « l’effrayante réalité des inégalités régionales ».

Alors que la Tunisie ne parvient pas à relancer son économie, le chômage dépasse 15% au niveau national et atteint le double chez les diplômés. Ces taux sont encore supérieurs dans l’intérieur du pays.

En 2015, la croissance devrait être inférieure à 1%, notamment plombée par la crise du secteur touristique, conséquence de l’instabilité et des attaques jihadistes. Le gouvernement a récemment été remanié, après une première année jugée décevante.

Le président Béji Caïd Essebsi a fait valoir hier que celui-ci avait « hérité d’une situation très difficile » avec « 700.000 chômeurs et parmi eux 250.000 jeunes diplômés ».

« On ne peut résoudre des situations comme ça par des déclarations ou un coup de pouce. Il faut (laisser) du temps au temps », a-t-il argué.

Président du Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES), Abderrahman Hedhili a, de son côté, estimé que de tels événements « étaient depuis longtemps prévisibles ».

« Nous avons averti que la situation sociale allait exploser. Les gens ont attendu (…) mais le gouvernement n’a pas de vision, pas de programme pour les régions intérieures », a-t-il dit.

N.A

 

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :