AMÉRIQUEEtats-UnisNews

Trump : Les anti-investiture

Trump : Les anti-investiture

Synthèse par : Abdelkader DJEBBAR

De l’avis de plusieurs observateurs, des centaines de milliers d’Américains- certains avancent 25 000 personnes au moins- se préparent à marquer leur rejet de l’arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche par des manifestations dans tous les États-Unis, mais surtout en convergeant vers Washington pour un rassemblement historique, le jour de l’investiture. Autant dire également que d’importantes mesures de sécurité commencent d’ores et déjà à être appliquées à travers l’ensemble des États.

Néanmoins, juste une minorité parmi les manifestants – quelques milliers – veulent croire qu’ils parviendront à perturber la cérémonie d’investiture du président élu le 20 janvier, où quelque 800 000 partisans du milliardaire sont attendus sous la haute surveillance de 28 000 membres des forces de l’ordre.

Mais le grand rendez-vous des contestataires sera le lendemain, samedi 21, pour une «Marche des femmes» qui a elle été autorisée par les autorités.

Difficile de savoir combien de manifestant(e)s effectueront réellement le déplacement, un froid glacial n’étant pas à exclure à cette époque.

La marche est désormais officiellement soutenue par Amnesty International et Planned Parenthood, le plus grand réseau de planning familial du pays.

Elle devrait débuter sur Independence Avenue à 10H00 du matin près du Capitole et se dérouler sur 2 kilomètres le long du National Mall, l’esplanade bordée par les principaux musées et mémoriaux de Washington.

Les organisateurs annoncent environ 300 “marches sœurs” dans d’autres villes du pays dont New York, Boston, Los Angeles et Seattle, ainsi qu’au-delà des frontières des États-Unis.

Des poètes et écrivains dans une trentaine d’États d’Amérique et plusieurs villes du globe ont eux annoncé des lectures publiques en dénonciation de Trump. Dans une pétition, des centaines d’artistes et critiques d’art s’engagent eux à faire grève le 20 janvier.

Donald Trump a vivement critiqué samedi un élu noir démocrate, figure historique du mouvement des droits civiques, à l’ouverture d’un week-end de commémoration de Martin Luther King.

Le milliardaire n’a visiblement pas apprécié que John Lewis, un pilier du Congrès depuis trois décennies, ait annoncé qu’il n’assisterait pas à la cérémonie d’investiture du président élu vendredi.

«Je ne considère pas ce président élu comme un président légitime», a justifié le parlementaire, dans une émission qui devrait être diffusée aujourd’hui par NBC.

A.D

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :