AlgérieNewsTourisme

Tourisme Algérien: La cure s’impose

Il faut, plus que jamais auparavant, arrêter de tourner autour du pot et plus encore sur les stations balnéaires et autres sites touristiques. L’heure est aux résolutions fermes pour sortir le secteur du tourisme de l’impasse dans laquelle il stagne depuis des années n’était-ce le privé qui tente, tant bien que mal, de colmater les brèches. Amer constat lors de la première journée des assises sur le tourisme qui devaient prendre fin hier mardi.

Tourisme Algérien: La cure s’impose

Alger par : Mohammed CHOUAKI

Il faut, plus que jamais auparavant, arrêter de tourner autour du pot et plus encore sur les stations balnéaires et autres sites touristiques. L’heure est aux résolutions fermes pour sortir le secteur du tourisme de l’impasse dans laquelle il stagne depuis des années n’était-ce le privé qui tente, tant bien que mal, de colmater les brèches. Amer constat lors de la première journée des assises sur le tourisme qui devaient prendre fin hier mardi.

Les insuffisances et contraintes freinant l’essor du secteur touristique en Algérie ont été pointées du doigt par des experts nationaux et étrangers du domaine touristique qui ont préconisé, en même temps, des pistes de solutions pour y remédier.

L’expert Aziz Nafa a recommandé le « renforcement » de l’aspect lié à la promotion de la destination Algérie, à travers « l’identification de la cible » et ce, en mettant à disposition des organes en charge de le faire          « davantage de moyens financiers ainsi qu’un capital humain plus adapté ».

Il a plaidé pour la mise en œuvre du Système d’Observation et d’évaluations Touristique ainsi que de la Banque d’Investissement Touristique (BIT), les deux dispositifs étant prévus dans le cadre du SDAT, a-t-il rappelé. S’agissant du critère lié à la formation, M. Nafa s’est félicité de l’augmentation du nombre d’établissements spécialisés dans les métiers et les activités touristiques, mais considéré néanmoins que cette formation se doit d’être “en adaptation avec les besoins économiques locaux”. « Il est temps que nos agences de voyages travaillent sur la réception et ne se contentent plus de faire uniquement dans l’émission des voyageurs », a-t-il également déploré.

Allant dans le même sens, l’expert Canadien en tourisme, François Bédard, a souligné la nécessité de mettre en place « une  Marque Algérie », afin de mettre en avant et de valoriser la destination Algérie, comme c’est le cas pour les pays touristiques, a-t-il argumenté.

L’intervenant a, en outre, recommandé d’axer les efforts autour des deux concepts que sont « Gouvernance et Durabilité », tout en prévoyant un  « budget conséquent » aux aspects liés à la promotion, à travers un travail de marketing, pour valoriser les potentialités touristiques du pays.

Le spécialiste des questions touristiques a également préconisé « l’encouragement de l’entrepreneuriat et de l’investissement » des différentes activités liées au secteur, à l’instar de l’hébergement, transport, etc et ce, dans le cadre des Petites et Moyennes entreprises (PME), créatrices d’emplois directs et indirects.

Pour le représentant du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), Rémy Poliwa, tout développement touristique passe par la création d’une « valeur ajoutée » à partir de la base, et ce, explique-t-il, à travers des micro-activités locales, créatrices de richesses. De même que par le respect de « l’échelle de valeurs » propres au secteur, ainsi que par « l’encouragement et l’accompagnement » des jeunes créateurs de projets touristiques.

CH.M

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :