Moyen OrientNews

Syrie : la vie reprend son cours normal à Alep et Idleb à l’aune des victoires de l’armée

Damas - La vie est en passe de reprendre son cours normal dans les villes d'Alep et Idleb, dernières régions où subsistent encore des poches terroristes, au moment où les forces de l'armée syrienne poursuivent leur progression rapide vers la reprise totale des territoires de la ville d'Idleb, cœur palpitant de la Syrie, selon des sources médiatiques.

Syrie : la vie reprend son cours normal à Alep et Idleb à l’aune des victoires de l’armée

Damas – La vie est en passe de reprendre son cours normal dans les villes d’Alep et Idleb, dernières régions où subsistent encore des poches terroristes, au moment où les forces de l’armée syrienne poursuivent leur progression rapide vers la reprise totale des territoires de la ville d’Idleb, cœur palpitant de la Syrie, selon des sources médiatiques.

Après la décision de rouvrir les services d’utilité publique au profit des populations locales, prise au cours de la semaine écoulée lors d’un Conseil des ministres, les autorités syriennes ont décidé, mercredi, de remettre en service l’aéroport international d’Alep fermé depuis 2012.

« Le premier vol reliant Damas à Alep décollerait mercredi », a fait savoir le ministère des Transports Syrien dans un communiqué rendu public, précisant que l’aéroport est maintenant prêt pour des vols vers le Caire et Damas.

Pour ce qui est de la réouverture des services d’utilité publique, le Conseil des Ministres a chargé d’ores et déjà les Ministères de l’Enseignement supérieur et de la Santé d’élaborer une méthodologie pour développer leurs services à travers tout le territoire syrien, selon le communiqué.

La reprise des services d’utilité publique est la meilleure façon pour encourager les Syriens à retourner dans leurs régions respectives et s’y installer pour de bon, s’accordent à dire les analystes de la scène politique en Syrie.

Dans ce sens, les observateurs s’attendent à un retour massif des habitants dans les prochains jours.

« Les victoires que ne cessent de remporter les forces de l’armée syrienne sur le front, en reprenant notamment les principaux axes routiers sont encourageantes à plus d’un titre », indique-t-on. « Elles sont en effet un gage et la preuve concrète sur la fin du terrorisme », ajoute-t-on.

La victoire des forces armées Syriennes a été accompagnée partout par des scènes de liesse des habitants où des chants et des hymnes à la gloire des forces armées ont été entonnés.

Le retour à la vie normale dans ces villes doit se faire aussi rapidement, selon les analystes, « en raison de l’entente et la bonne volonté animant et le gouvernement et l’opposition » s’agissant de ce point.

« La réédification des régions d’Idleb et d’Alep et la nécessité d’y insuffler en urgence de nouveau la vie a toujours fait partie des débats et des tables rondes regroupant le gouvernement et la classe politique en Syrie ces derniers mois », affirme-t-on.  

 Le Président Syrien, Bachar El-Assad, qui suit de très près l’avancement des forces de l’armée Syrienne sur le front, avait indiqué au mois de décembre dernier lors de sa visite dans la région d’Idleb  « que la bataille d’Idleb sera la clé pour mettre la fin au terrorisme et annoncer par la même la reprise totale du territoire Syrien ».

Les forces Syriennes triompheront à Idleb « comme elles ont su le faire dans les régions de Draa, El Ghota et Homs », a-t-il assuré.

L’importance stratégique d’Idleb 

La ville Idleb considérée comme étant le véritable cœur palpitant de la Syrie est située dans le nord-ouest du pays et est bordée à l’est par la province d’Alep, au nord-est par la ville d’Afrin (relevant du Rif d’ Alep), au sud par la province de Hama et au sud-ouest par la province de Lattaquié.

Son importance stratégique consiste notamment en sa position géographique faisant d’elle une jonction reliant la Syrie à la Turquie, à la Jordanie et au Golfe. Elle dispose également d’une importance particulière au plan local, dès lors qu’elle est considérée comme la porte d’entrée sur la Mer Méditerranée.

D’une superficie de 6 mille kilomètres carrés, Idleb qui comptait, avant le début de la crise en Syrie en 2011, une population d’environ deux millions de personnes, est habitée actuellement par environ 3,7 millions de personnes, dont 1,3 millions de civils déplacés des autres villes syriennes. De plus, un million d’habitants de la population de la province vivent dans 200 camps près de la frontière Turque.

La province d’Idleb constitue aussi une des principales portes d’acheminement des aides humanitaires vers la Syrie, via le poste frontalier de Bab Al-Hawa. Plus de 1500 camions chargés de denrées alimentaires et de secours accèdent mensuellement à travers cette région de même que 4500 camions chargés de produits commerciaux.

Idleb a été déclarée comme étant l’une des zones de désescalade, en vertu de l’accord d’Astana, sur la Syrie, conclu le 5 mai 2017, par les Etats garants, la Turquie, la Russie et l’Iran.

Aps

 

 

 

 

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :