Moyen OrientNews

Syrie: des groupes armés d’Idleb font sauter deux ponts, anticipant un assaut

Syrie: des groupes armés d’Idleb font sauter deux ponts, anticipant un assaut

DAMAS – Des groupes armés de la province Syrienne d’Idleb (nord-ouest) ont fait sauter deux ponts dans une zone adjacente à cet ultime grand bastion insurgé, pour se protéger en cas d’une offensive de Damas, a rapporté vendredi une ONG.

Les deux ponts situés dans la province de Hama, voisine d’Idleb, reliaient les territoires insurgés aux zones gouvernementales. Ils enjambaient des branches du fleuve Assi, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH). Des factions du Front national de libération (FNL), principale coalition rebelle d’Idleb, “ont fait sauter dans la nuit les deux ponts, situés dans le secteur de Sahl al-Ghab à Hama”, a indiqué à le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane.

“C’était les deux principaux ponts du secteur, mais il y en a deux autres”, a-t-il précisé. Selon des experts, les territoires rebelles de Sahl al-Ghab, à cheval sur les provinces de Hama et d’Idleb, pourraient être une des cibles d’une offensive de Damas et de son allié russe. Depuis des semaines, le gouvernement amasse des renforts aux abords d’Idleb, région frontalière de la Turquie, notamment près de Sahl al-Ghab.

“Les rebelles ont observé une activité intense du côté gouvernemental, avec l’arrivée de chars et de blindés dans le secteur”, a souligné M. Abdel Rahmane. “Les groupes rebelles fortifient leurs positions en prévision d’une opération militaire”, a-t-il ajouté. Ces derniers jours, Damas et son allié russe ont haussé le ton au sujet d’Idleb, province dominée par Hayat Tahrir al-Cham, une organisation terroriste créée par l’ex-branche syrienne d’Al-Qaïda.

“La décision du commandement syrien c’est la lutte contre le Front al-Nosra à Idleb, quels que soient les sacrifices”, a martelé jeudi le chef de la diplomatie syrienne Walid Mouallem, utilisant l’ancien nom de l’ex-branche syrienne d’Al-Qaïda. Des troupes turques sont aussi stationnées dans la zone et la Turquie, parrain de certains groupes rebelles, notamment le FNL, ne veut pas d’assaut, craignant un nouvel afflux de réfugiés vers sa frontière.

Le conflit en Syrie, déclenché en 2011  s’est transformé au fil des ans en une guerre meurtrière qui a fait plus de 350.000 morts et des millions de déplacés et réfugiés, avec l’implication de plusieurs acteurs politiques et  militaires.

Aps

 

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer