Syrie : Daech acculé dans ses derniers fiefs sur deux fronts

Syrie : Daech acculé dans ses derniers fiefs sur deux fronts

ALGER – Les forces syriennes et l’alliance arabo kurde des “Forces démocratiques syriennes”, soutenue par une coalition internationale conduite par Washington, poursuivaient dimanche leurs offensives sur deux fronts pour chasser le groupe terroriste autoproclamé “Etat islamique” (EI/Daech) de ses derniers fiefs en Syrie.

Ainsi, des unités de l’armée syrienne, “en collaboration avec les forces alliées et d’appui, ont effectué des opérations militaires contre des rassemblements et des positions des terroristes du réseau Daech à l’est du fleuve de l’Euphrate et se sont emparées de la localité de Khecham dans la banlieue nord-est de Deir Ezzor, a rapporté dimanche l’agence de presse syrienne Sana.

Le groupe terroriste était entré en 2015 à Al-Qaryatayn, y saccageant notamment des églises, avant de la perdre en 2016 puis de reprendre début octobre cette région désertique, qui chevauche notamment les provinces de Homs et Deir Ezzor (est).

“Des unités de l’armée syrienne et ses soutiens ont rétabli la sécurité et la stabilité dans la ville d’Al-Qaryatayn, après avoir éliminé les terroristes”, selon Sana.

La principale bataille contre Daech en Syrie se joue actuellement dans la province de Deir Ezzor, coupée en deux par le fleuve Euphrate, où l’organisation ultra-radicale est confrontée à deux offensives distinctes.

L’une est menée à l’ouest du fleuve par les forces militaires syriennes qui, avec le soutien aérien russe, ont conquis le nord-ouest de la province et progressent désormais en direction du sud-est, avec notamment pour objectif de s’emparer de la capitale provinciale éponyme.

L’autre a été lancée par une l’alliance arabo kurde des Forces démocratiques syriennes (FDS), soutenue par les Etats-Unis, qui a progressé depuis le nord de la province de Deir Ezzor, à l’est de l’Euphrate.

La reprise de Raqa est la dernière victoire en date des FDS, une alliance antiterroriste disposant du soutien aérien crucial des Etats-Unis. Depuis 2015, elles ont chassé l’EI de plusieurs régions.

Cible de multiples offensives, l’EI subit désormais depuis des mois revers après revers en Syrie et en Irak voisin. Il vient d’être chassé par les FDS de Raqqa et voit ainsi s’écrouler son prétendu “califat” proclamé sur les régions conquises en 2014 à cheval entre les deux pays.

La fin du groupe terroriste Daech “est en vue”

Après la reprise de la ville syrienne de Raqqa, la fin de l’organisation terroriste Daech “est en vue”, a estimé samedi dans un communiqué le président américain Donald Trump. Cette victoire de l’alliance dominée par les Kurdes, alliés à Washington, annonce “une nouvelle phase” en Syrie, a ajouté le président américain.

“Nous allons rapidement évoluer vers une nouvelle phase dans laquelle nous soutiendrons les forces locales de sécurité, ferons retomber les violences en Syrie et mettrons en place les conditions pour une paix durable, afin que les terroristes ne puissent revenir menacer notre sécurité commune”, a prévu M. Trump.

“La libération de Raqa est une étape cruciale dans la lutte mondiale contre le groupe Etat islamique”, s’était félicité vendredi le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson, actuellement en visite sur la péninsule arabique.

Mais la “perte de Raqa (par le groupe Etat islamique, ndlr) ne signifie pas que notre combat contre l’EI est terminé”, avait-il prévenu. “La coalition mondiale continuera de s’appuyer sur tous les éléments du pouvoir national –militaire, renseignement, diplomatie, économie, forces de l’ordre– et la vigueur de nos communautés jusqu’à ce que tous les Syriens soient libérés de la brutalité de l’EI et que nous soyons assurés qu’il ne puisse plus exporter sa terreur dans le monde”, avait poursuivi le secrétaire d’Etat américain. L’envoyé spécial du président russe pour les affaires du Moyen-Orient et des pays africains, le vice-ministre des Affaires étrangères Mikhaïl Bogdanov, a quant à lui passé en revue avec l’émissaire spécial de la Chine pour la Syrie, Xie Xiaoyan, les développements relatifs au règlement politique de la crise en Syrie et la lutte antiterroriste dans ce pays.

Bogdanov et Xiaoyan ont échangé les points de vue sur plusieurs questions relatives au règlement politique à long terme en Syrie en se concentrant sur la nécessité de respecter la souveraineté et l’intégrité territoriale de la République arabe syrienne, selon un communiqué publié jeudi par le ministère russe des Affaires étrangères.

Le ministère a ajouté que les deux parties avaient discuté de la stabilisation de la situation politique et militaire en Syrie, de l’éradication du terrorisme sur ses territoires et de l’amélioration de la conjoncture humanitaire dans ce pays. Dans le même contexte, M. Xiaoyan a réitéré la disposition de son pays à prendre part aux réunions d’Astana sur la crise en Syrie.

Déclenchée en mars 2011, la crise en Syrie s’est complexifié avec l’implication de pays étrangers et de groupes terroristes, sur un territoire de plus en plus morcelé, faisant plus de 330.000 morts et des millions de déplacés et réfugiés.

Aps

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *