AFRIQUENews

Soudan : l’annonce d’un Conseil civil attendue durant les prochaines heures

KHARTOUM- Les meneurs de la contestation au Soudan devraient dévoiler dimanche une autorité civile censée remplacer le Conseil militaire au pouvoir, même si des discussions sont en cours avec l'armée sur une "transition pacifique".

Soudan : l’annonce d’un Conseil civil attendue durant les prochaines heures

KHARTOUM- Les meneurs de la contestation au Soudan devraient dévoiler dimanche une autorité civile censée remplacer le Conseil militaire au pouvoir, même si des discussions sont en cours avec l’armée sur une « transition pacifique ».

Déterminés à obtenir de nouvelles concessions des militaires après avoir poussé à la destitution du chef de l’Etat, Omar El-Béchir, les manifestants restent rassemblés par milliers devant le QG de l’armée à Khartoum, selon un correspondant de l’AFP sur place.

Le sit-in devant le QG de l’armée réclame dimanche la dissolution du Conseil militaire de transition qui a succédé au chef de l’Etat déchu et l’instauration d’un pouvoir civil.

Vendredi, l’Association des professionnels Soudanais, groupe en première ligne de la contestation, a annoncé que « les noms des membres d’un Conseil civil chargé des affaires du pays seraient annoncés lors d’une conférence de presse dimanche à 19H00 locales devant le QG de l’armée.

Le Conseil civil aura pour mission, selon des responsables locaux, de former un gouvernement de transition dont le mandat durera quatre ans et sera suivi d’élections.

Des diplomates étrangers et des journalistes ont été conviés à la conférence de presse.

Néanmoins après une série de discussions entre les dirigeants militaires et les leaders de la contestation, un chef du mouvement populaire Ahmed Al-Rabia a dit samedi que l’annonce pourrait être reportée.

Samedi, les dirigeants militaires qui ont jusque-là résisté aux appels à transférer le pouvoir à une autorité civile, et les leaders de la contestation ont eu des discussions et ont convenu de les poursuivre.

« Nous avons clarifié notre demande principale, qui est le transfert du pouvoir à des autorités civiles », a expliqué Siddiq Youssef, un responsable de l’Alliance pour la liberté et le changement (ALC) qui chapeaute les partis politiques et groupes de la société civile menant la contestation.

« Il s’agit de la principale revendication du mouvement populaire (…) Nous avons convenu de poursuivre les négociations pour parvenir à une solution qui satisfasse les deux parties », a-t-il souligné.

al-Rabia a réclamé au Conseil militaire « un calendrier pour le transfert du pouvoir, afin que les choses ne traînent pas ». Il a révélé que depuis le 11 avril le Conseil militaire avait tenu deux séries de discussions avec les leaders de la contestation.

La mise en place d’une autorité civile est le souhait aussi de l’Union Africaine (UA) et de l’Union européenne.  L’UA avait menacé le conseil militaire de suspendre le Soudan de l’Organisation dans le cas où il refuse au bout de 15 jours de transférer les commandes du pays à une autorité civile.

Aps

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :