AlgérieEconomieNews

Sonipec revit

Sonipec revit

Par : Abdelkader DJEBBAR

On efface et on recommence. Le secteur des peaux et cuirs semble se refaire une force, une santé et avoir la peau dure. Il y avait la chaussure de Frenda dans la wilaya de Tiaret. Il y avait les blousons, vestes et manteaux de cuir. Et tous ces articles étaient très prisés et fort appréciés par les Algériens qui consommaient Algérien. C’était dans les années soixante-dix. Et la Sonipec – Société Nationale des Industries des Peaux et Cuirs- était la fine fleur.

Avec l’Aïd el Adha du 21 août dernier, c’est, paraît-il un petit retour à la case départ pour revaloriser le secteur avec l’opération pilote qui a concerné six wilaya en l’occurrence Alger, Oran, Constantine, Jijel, Sétif et Batna.

Près de 900.000 peaux d’ovins ont été collectées au niveau des six wilayas pilotes. « Cette expérience, la première du genre, était couronnée d’une parfaite réussite, puisque ses initiateurs ont collecté près de 900.000 peaux, dépassant largement les objectifs du ministère fixés à 800.000 ».

Pas moins de quatre millions de peaux d’ovins devraient être collectées dès 2019 dans le cadre de la généralisation de l’opération de collecte des peaux des sacrifices à l’échelle nationale, a déclaré à l’APS, le P-dg du groupe public des textiles et cuirs (Getex), Mokrane Zerrouki.

« L’opération pilote de collecte des peaux de bêtes sacrifiées sera généralisée à partir de l’Aïd El Adha prochain à travers tout le territoire national, ce qui permettra de collecter la quasi-totalité des peaux » a-t-il indiqué.

« Le cuir récupéré devrait servir de matière première pour les tanneries nationales, ce qui permettra par ricochet de redynamiser une filière dont les produits sont connus à l’échelle mondiale”, a expliqué le premier responsable de groupe Getex.

Cette démarche, faut-il le rappeler a été lancée avec l’appui, le soutien et l’engagement des départements des Affaires religieuses, de l’intérieur, des collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, de l’Environnement et des Énergies renouvelables, de la Communication et de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique, des professionnels de l’industrie du cuir, et notamment l’Association des Tanneurs et Mégissiers d’Algérie (ATEMA).

Pour assurer le bon déroulement de l’opération, les sites dédiés à l’abattage des sacrifices et au stockage des peaux ont été aménagés dans chacune des six wilayas sélectionnées, en plus du reste des abattoirs qui ont été mobilisés durant les deux jours de l’Aïd.

Il a rappelé à ce titre que la filière cuir avait connu une longue période de léthargie, résultat direct de la décennie noire. Mais cette filière a pu renaître de ses cendres grâce « à la volonté politique des pouvoirs publics de redynamiser le secteur » a-t-il signalé.

A.D

 

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close