AlgérieEconomieNews

Sonatrach sur rails

Sonatrach sur rails

Par : Abdelkader DJEBBAR

S’exprimant lors d’une conférence de presse consacrée à la présentation du bilan du groupe de l’exercice 2017 et sa nouvelle stratégie SH2020/2030, le directeur exécutif SPE de Sonatrach, Farid Ghazali, a indiqué que le chiffre d’affaires à l’exportation réalisé par le groupe en 2017 était de l’ordre de 33,2 milliards dollars, contre 27,9 milliards dollars au cours de l’année précédente.

L’année 2017 marque « une amélioration » par rapport à 2016, du fait que la production primaire avait augmenté de 2%,  passant ainsi à 197 Mtep, et ce, malgré une baisse de la production de pétrole brut, due essentiellement à l’application de l’accord de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) du 30 novembre 2016, en vertu du quel les membres s’étaient engagés à réduire leur production pour stabiliser le prix du brut.

S’agissant des exportations, M. Ghazali a expliqué qu’elles ont enregistré en 2017 un recul de 2% en volume, en comparaison avec l’année 2016.

Les exportations ont, cependant, augmenté de 19% en valeur grâce notamment à l’augmentation du cours du Sahara Blend, a-t-il précisé.

Tout laisse donc apparaître que Sonatrach est dans la bonne voie malgré les hauts et les bas qui pourraient jonchait le parcours des hydrocarbures.

Mais, la compagnie nationale semble décider à doubler sa capacité de production dans les 10 prochaines années.

Le Président directeur général du groupe Sonatrach, Abdelmoumene Ould Kaddour, l’a souligné tout récemment.

« Nous voulons augmenter notre capacité de production des hydrocarbures de deux fois le volume que nous avons actuellement, dans les 10 années qui viennent, dans le cadre de notre nouvelle stratégie de développement à horizon 2030 », a déclaré à l’APS M. Ould Kaddour en marge de la deuxième journée des JST 11, organisées il y a quelques semaines par Sonatrach au niveau du Centre de conventions d’Oran (CCO).

« Nous sommes en train d’essayer d’être indépendants de cette volatilité du coût du baril de pétrole et d’être dépendants au volume », a soutenu le PDG de Sonatrach, assurant que « lorsqu’on produit plus, on ressent moins l’effet de la régression des prix du baril ».

Pour ce responsable, « le marché pétrolier est  impossible à prévoir, d’où la nécessité de travailler au jour le jour pour essayer de mettre les scénarios adéquats pour y faire face ».

Abdelmoumen Ould Kaddour s’est félicité, à l’occasion, de la dynamique du partenariat et de l’investissement, enregistrée dans les activités du groupe Sonatrach qui vise à accroître ce niveau, dans le cadre de sa stratégie.

A.D

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :