ASIENews

Sommet intercoréen: signature de la Déclaration de Panmunjom

Sommet intercoréen: signature de la Déclaration de Panmunjom

SEOUL – La « Déclaration de Panmunjom » a été signée vendredi à l’issue d’un sommet historique entre les dirigeants des deux Corées et elle est axée notamment sur les questions le régime de paix, la dénucléarisation, le désarmement, et les réunions des familles.

Par cette déclaration finale, « la Corée du Sud et la Corée du Nord confirment l’objectif commun d’obtenir, au moyen d’une dénucléarisation totale, une péninsule coréenne non nucléaire ». Elles « partagent le point de vue selon lequel les mesures initiées par la Corée du Nord sont très significatives et cruciales pour la dénucléarisation de la péninsule coréenne et conviennent de jouer leur rôle respectif et d’assumer leurs responsabilités à cet égard ». Elles « conviennent de rechercher activement le soutien et la coopération de la communauté internationale en vue de la dénucléarisation de la péninsule coréenne ».

Aussi, « durant cette année qui marque le 65ème anniversaire de l’armistice, la Corée du Sud et la Corée du Nord conviennent de rechercher activement des rencontres trilatérales impliquant les deux Corées et les Etats-Unis, ou quadripartite impliquant les deux Corées, les Etats-Unis et la Chine, en vue de déclarer la fin de la guerre et d’établir un régime de paix permanent et solide ».

Autre fait important, « les deux dirigeants sont convenus d’avoir des discussions régulières et franches, via des rencontres et par liaison téléphonique directe, sur des questions vitales pour la nation, pour renforcer la confiance mutuelle, et de chercher ensemble à renforcer l’élan positif afin de continuer à faire avancer les relations intercoréennes de même que la paix, la prospérité et l’unification de la péninsule coréenne.

Dans ce contexte, le président Moon Jae-in a accepté de se rendre à Pyongyang cet automne ».

Au terme de ce sommet, « la Corée du Sud et la Corée du Nord sont convenues de chercher à résoudre les questions humanitaires résultant de la division de la nation, et d’organiser une réunion intercoréenne de la Croix-Rouge pour discuter et résoudre diverses questions, y compris la réunion des familles séparées. Dans cet esprit, les deux Corées ont décidé de poursuive le programme de réunion des familles séparées à l’occasion du Jour de la libération nationale le 15 août cette année ».

Au delà des questions bilatérales, sur le front international précisément, les deux parties sont convenues « de faire la démonstration de leur sagesse, de leurs talents et de leur solidarité collectifs en participant conjointement à des événements sportifs internationaux comme les jeux asiatiques 2018 ».

« La Corée du Sud et la Corée du Nord sont convenues de mener à bien le désarmement par étapes, à mesure que les tensions militaires s’apaisent et que des progrès substantiels sont réalisés pour établir la confiance militaire ».

« Les deux dirigeants déclarent solennellement devant les 80 millions de Coréens et le monde entier qu’il n’y aura plus de guerre sur la péninsule coréenne et qu’en conséquence, une nouvelle ère de paix a commencé ».

Le Sommet intercoréen est censée être le prélude d’un tête à tête historique entre le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un et le président américain Donald Trump.

Le premier sommet intercoréen marque une étape entre la confrontation de la Guerre froide et un objectif de réconciliation.

Récemment lors d’une première réunion, le dirigeant nord-coréen Kim Jong Il et le président sud-coréen Kim Sae-jung ont signé un accord visant à réduire les tensions, à progresser vers la réunification, une paix définitive sur la péninsule. Les deux Corées n’ont pas signé de traité de paix mais un simple armistice après la guerre de 1950-

1953 et sont encore techniquement en conflit.

Le deuxième tête-à-tête, également à Pyongyang, survient en pleine détente provoquée par les négociations à six sur le désarmement nucléaire du Nord.

Le Sud-Coréen Roh Moo-hyun franchit symboliquement à pied la frontière hautement militarisée entre les deux pays.

En 2009, Pyongyang abandonne les négociations à six (Chine, Corée du Sud, Russie, Japon, Corée du Nord et les Etats-Unis) avant de mener son deuxième test nucléaire.

Arrivé au pouvoir en décembre 2011 à la mort de son père, Kim Jong Un procède à une accélération des programmes balistique et nucléaire nord-coréens, auxquels répondent de multiples sanctions de l’ONU. Les tensions montent jusqu’à la détente actuelle enclenchée lors des jeux Olympiques d’hiver organisés au Sud.

Aps

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :