Satellite Algérien en Chine Lancement réussi

Satellite Algérien en Chine

Lancement réussi

Par : Abdelkader DJEBBAR

Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, et son homologue chinois, Xi Jinping, ont échangé les félicitations, suite au lancement réussi du premier satellite algérien «Alcomsat-1» depuis la Chine, estimant que ce succès est «le couronnement d’un travail sérieux de longue haleine» entre l’Algérie et la Chine, dans le domaine des technologies spatiales, a indiqué un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

Cette réalisation est «le fruit d’un partenariat scientifique réussi entre l’Agence spatiale algérienne (ASAL) et plusieurs instances scientifiques chinoises», a précisé le communiqué. Dans son message à son homologue chinois, le Président Bouteflika a salué la «qualité des relations bilatérales Algéro-Chinoises» que les deux pays ont décidé en 2014 de promouvoir en «partenariat stratégique global», estimant que cette réalisation était «le couronnement d’un travail sérieux de longue haleine entre l’Algérie et la Chine dans le domaine des technologies spatiales», indique-t-on de même source. Le Président chinois, de son côté, s’est félicité des «relations d’amitié profondes» qui lient l’Algérie et la Chine, estimant que l’Algérie est un «partenaire stratégique de premier rang».   

L’apogée de cette Orbite de transfert est de 4.1991 km, son périgée est de 200 km et son inclinaison est de 26.4 degrés. Cinq manœuvres d’Alcomsat-1 seront nécessaires dans les 6 prochains jours, pour atteindre son orbite géostationnaire 36.000 km et sa position orbitale 24.8 ouest”, a-t-on expliqué auprès de l’ASAL.  L’exploitation et le contrôle du satellite “seront effectués par les ingénieurs de l’ASAL, depuis les centres d’exploitation des systèmes de télécommunications de Boughezoul (Médéa) et de Bouchaoui (Alger)”, a-t-on précisé, ajoutant que “ces opérations auront lieu dès la séparation du satellite du lanceur jusqu’à sa position orbitale géostationnaire et ces derniers procéderont à l’activation, à la surveillance et au contrôle des différents sous-systèmes du satellite et de ses appendices (antennes, panneaux solaires, réflecteurs, etc)”.

Selon l’ASAL, après cette phase, il est prévu une période de 3 à 6 mois pour les phases de mise à poste et de tests en orbite avant l’exploitation opérationnelle du satellite.  Premier satellite algérien de télécommunications, Alcomsat1 “est un précieux outil multi-missions qui assure une couverture nationale et régionale (Afrique du Nord et Sahel), permettant l’amélioration des télécommunications et la réception de plusieurs programmes de télédiffusion avec la fourniture de services de transmission audio, d’Internet à haut débit, de télé-enseignement, de télémédecine et de visioconférence.

Ce projet, qui inscrit dans le cadre du programme du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, “constitue une traduction concrète de l’accord de partenariat stratégique global signé par le Président Bouteflika et son homologue chinois Xi Jinping, le 25 mai 2014”, a rappelé l’ASAL, qui précise que ce projet “vient conforter le choix stratégique de promouvoir l’activité spatiale nationale à des fins pacifiques et d’en faire de l’activité spatiale un instrument fiable et efficace de développement économique durable et de renforcement de la souveraineté nationale”.  L’Algérie avait déjà lancé en septembre 2016 les satellites Alsat-1B, Alsat-2B et Alsat-1N, par le lanceur indien PSLV C-35 depuis le site de Sriharikota du Centre spatial de Satich Dhawan (sud-est de l’Inde).

A.D

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *