AMÉRIQUEEtats-UnisMaghrebNews

Sahara Occidental: premier briefing de M.Kohler mercredi à New York

Sahara Occidental: premier briefing de M.Kohler mercredi à New York

NEW YORK- L’émissaire de l’ONU pour le Sahara Occidental, Horst Kohler, est attendu mercredi pour présenter au Conseil de sécurité les premiers éléments de sa médiation entamée octobre dernier, un premier briefing scruté de près à New York peu avant le prochain rapport sur le conflit du Sahara occidental.

Pour cette réunion prévue à huis clos, Kohler sera épaulé par le nouveau chef de la Minurso, le canadien Colin Stewart, qui a été nommé en décembre à la tête de la mission onusienne pour l’organisation d’un référendum au Sahara Occidental.

Le briefing, prévu initialement en février, se tiendra en application de la résolution 2351 de 2017 qui a demandé au secrétaire général de l’ONU de présenter un rapport sur la situation qui prévaut au Sahara occidental six mois après la nomination du nouvel Envoyé personnel de secrétaire général de l’Onu.

La résolution a également invité le secrétariat général à tenir le Conseil de sécurité informé de la manière, dont l’envoyé personnel avance sur la voie d’une solution politique mutuellement acceptable qui permette l’exercice du droit à l’autodétermination du peuple sahraoui.

Jusqu’ici, l’Envoyé personnel de M. Guterres a tenu une série de consultations avec les deux parties au conflit, le Front Polisario et le Maroc, ainsi que les deux pays observateurs, l’Algérie et la Mauritanie.

Le Maroc a, cependant, décalé sa réunion avec Kohler de janvier à mars. Un report vu par de nombreux observateurs comme “entrave dressée au médiateur onusien dans sa mission de relancer le processus onusien à l’arrêt depuis 2012”.

La partie marocaine veut en particulier exclure tout rôle de l’Union africaine (UA) dans le règlement du conflit, qu’elle veut cantonner dans le seul Conseil de sécurité où elle jouit du soutien inconditionnel de la France.

Pourtant, l’ONU a réitéré à maintes reprises son engagement constant de coopérer avec l’organisation panafricaine sur les questions relatives à la paix et  la sécurité dans le continent. Il est question aussi d’entendre les représentants de l’UA lorsque le Conseil de sécurité aborde ces dossiers.

L’OUA, l’ancêtre de l’UA, avait réussi par le passé à négocier avec l’ONU un plan de règlement, en traçant la voie pour l’organisation d’un référendum d’autodétermination sous l’égide de l’organisation onusienne.

Le Plan approuvé en 1991 par le Conseil de sécurité reste à ce jour le  seul accord valable accepté mutuellement par les deux parties au conflit.

Du reste, la persistance du Maroc à tenir cette première consultation à Lisbonne au lieu de Berlin, où l’émissaire onusien a choisi d’établir ses locaux, renseigne sur la volonté de la partie marocaine de saborder les efforts de l’ancien président allemand.

== Conseil de sécurité : rompre avec la diplomatie du silence ==

Avant Kohler, l’américain Christopher Ross a été l’objet d’une opération de sabotage franco-marocaine au sein du Conseil de sécurité et ne pouvait pas aller loin dans sa mission sans le soutien de cet organe onusien.

Hors du Conseil de sécurité et sur le terrain, le Maroc a multiplié les obstacles à l’action de Ross en entravant d’abord sa liberté de mouvement et en empêchant ensuite la Minurso de s’acquitter de son mandat.

Les manœuvres marocaines visaient en fait à faire perdre du temps à Ross et surtout à l’empêcher de mener la mission pour laquelle il a été désigné, à savoir la relance d’un cinquième round de négociations directes.

 Au demeurant, les nouveaux agissements s’inscrivent dans la logique du blocage, prônée par le Maroc pour imposer son plan d’autonomie au mépris des résolutions de l’Assemblée générale de l’ONU et du Conseil de sécurité qui ont affirmé de façon constante et sans équivoque la nature juridique de ce conflit et le principe d’autodétermination à mettre en œuvre.

Le rôle que devrait jouer Kohler est un élément important dans le processus de paix au Sahara Occidental mais il ne sera pas décisif sans le soutien du Conseil de sécurité, s’accordent à dire plusieurs observateurs.

Etant donné l’impasse dans laquelle se trouve le processus onusien, le Conseil de sécurité “pourrait envisager des moyens afin de soutenir M. Kohler dans ses efforts pour tenir un cinquième round de négociations”, souligne l’agenda prévisionnel du Conseil de sécurité pour le mois de mars.

La dernière fois où le Front Polisario et le Maroc se sont installés à la même table de négociations remonte à mars 2012 à Manhasset aux Etats-Unis.

Rappelant le contexte de ce blocage, le document a relève que les divisions au sein du Conseil de sécurité ont accentué “son incapacité à s’entendre” même sur le règlement des dernières crises survenues au Sahara Occidental.

“Le Conseil de sécurité est resté silencieux “sur les crises d’El Guergarat et de la Minurso sur insistance de la France qui soutient la position du Maroc”, souligne-t-on dans les précisions accompagnant cet agenda.  

Aps

 

 

 

 

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close
Close