Etats-UnisMaghrebNews

Sahara Occidental: premier briefing de Kôhler au Conseil de sécurité en mars

Sahara Occidental: premier briefing de Kôhler au Conseil de sécurité en mars

NEW YORK- L’émissaire de l’ONU pour le Sahara Occidental, Horst Kohler, fera son premier briefing au Conseil de sécurité en mars, alors que les consultations avec les parties au conflit précédant cette réunion n’ont pas été achevées.

Selon l’agenda prévisionnel du Conseil de sécurité pour le mois de mars, publié mercredi à New York, Horst Kohler présentera son premier rapport sur le Sahara Occidental en mars et sera épaulée pour cette réunion par le nouveau chef de la Minurso, Colin Stewart.

La date du briefing sera fixée jeudi lors de la réunion du Conseil de sécurité, prévue pour entériner le programme de travail pour le mois courant.

Ce briefing, prévu initialement en février, se tiendra en application de la résolution 2351 de 2017 qui a demandé au secrétaire général de l’ONU de présenter un rapport sur la situation qui prévaut au Sahara Occidental six mois après la nomination du nouvel émissaire.

La résolution, rappelle-t-on, a invité le secrétariat général à tenir le Conseil de sécurité informé de la manière, dont l’envoyé personnel avance sur la voie d’une solution politique mutuellement acceptable qui permette l’autodétermination du peuple du Sahara Occidental.

Jusqu’ici, le nouvel émissaire a tenu une série de consultations avec une seule partie au conflit, le Front Polisario, et les deux pays voisins, l’Algérie et la Mauritanie. Sa rencontre avec le Maroc, prévue en janvier à Berlin, n’a pas eu lieu.

Etant donné l’impasse dans laquelle se trouve le processus de paix, le Conseil de sécurité “pourrait envisager des moyens afin de soutenir Kohler dans ses efforts pour tenir un cinquième round de négociations”, souligne-t-on dans ce document. La dernière fois où le Front Polisario et le Maroc se sont installés à la même table de négociations remonte à mars 2012 à Manhasset aux Etats Unis.

Le rôle que devrait jouer M. Kohler est un élément important dans le processus de paix au Sahara Occidental mais il ne sera pas décisif sans le soutien du Conseil de sécurité, s’accordent à dire plusieurs observateurs.n sans le soutien de cet organe Onusien.

Rappelant le contexte de ce blocage, le même document a relevé que les divisions au sein du Conseil de sécurité avaient accentué “son incapacité à s’entendre” même sur le règlement des dernières crises survenues au Sahara Occidental.

“Le Conseil de sécurité est resté silencieux” sur les crises d’El Guergarat et de la MINURSO (Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum d’autodétermination au Sahara occidental) sur “insistance de la France qui soutient la position du Maroc “, souligne-t-on dans les précisions accompagnant ce document.

Aps

 

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voire aussi

Close
Close
Close