AMÉRIQUEEtats-UnisMoyen OrientNews

Ryad, le Premier voyage de Trump

Ryad, le Premier voyage de Trump

Synthèse par :  M. AZZEDE

Le Président Donald Trump a consacré son premier voyage à l’étranger à l’Arabie saoudite où l’accueil fut tout simplement royal marque par l’annonce de méga-contrats estimés à 380 milliard de dollars dont 110 pour des ventes d’armements à Ryad. Pour mémoire, il faut rappeler qu’il y a un, la monarchie saoudienne avait réservé un accueil assez glacial à son prédécesseur, Barack Obama, critiqué pour avoir amorcé un début de rapprochement avec l’Iran. Cette fois-ci, le ton est tout autre. Le roi Salmane a accueilli en personne Donald Trump, accompagné de son épouse Melania, sur le tapis rouge déroulé au pied d’Air Force One.

« C’était une journée formidable », a lancé samedi le président républicain. « Des centaines de milliards de dollars d’investissements aux États-Unis et des emplois, des emplois, des emplois. » L’agence officielle saoudienne SPA a fait état de 34 accords dans des domaines de la défense, du pétrole et du transport aérien.

Dans un discours à Riyad, devant les représentants d’une cinquantaine de nations musulmanes, dont 37 chefs d’État ou de gouvernement, Donald Trump s’est déclaré, dimanche, porteur d’un message « d’amitié, d’espoir et d’amour ».

Il a exhorté les pays musulmans à n’offrir aucun « refuge aux terroristes » et a annoncé un accord avec les pays du Golfe pour lutter contre le financement du « terrorisme »« Il s’agit d’une bataille entre des criminels barbares qui cherchent à éradiquer la vie humaine et des gens bien de toutes les confessions qui cherchent à la protéger », a-t-il déclaré. Invitant les pays arabes à compter avant tout sur eux-mêmes, il a estimé que « les nations du Proche-Orient ne peuvent attendre que la puissance américaine écrase cet ennemi à leur place. » 

« Nous ne sommes pas ici pour donner des leçons, nous ne sommes pas ici pour dire aux gens comment ils doivent vivre, ce qu’ils doivent faire, qui ils doivent être ou comment prier. » Mais, a souligné Donald Trump, « nous ne pouvons vaincre ce mal que si les forces du bien sont unies et fortes. » Cette bataille, a ajouté le président américain, suppose de « se confronter avec honnêteté à la crise de l’extrémisme islamiste et aux groupes terroristes islamistes qui s’en inspirent. »

 

A.M

 

 

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :