EuropeInternationalNews

Russie : Ergodan et Poutine prêts à oublier le passé pour relancer leurs économies

Russie

Ergodan et Poutine prêts à oublier le passé pour relancer leurs économies

Le président turc rencontre ce mardi son homologue Russe. Le tourisme et le gazoduc TurkStream sont en cœur des discussions

Le président Turc est en visite ce mardi 9 août en Russie. C’est son premier déplacement officiel à l’étranger depuis le putsch raté du 15 juillet. Recep Tayyip Erdogan rencontre Vladimir Poutine dans un palais à 15 km de Saint-Pétersbourg. Une conférence de presse suivra vers 15 h (heure de Paris). Alors que les Occidentaux rechignent à soutenir le régime d’Erdogan, cette visite marque un rapprochement stratégique entre la Turquie et la Russie. Vladimir Poutine a été l’un des premiers

dirigeants étrangers à téléphoner au président turc pour condamner le coup d’État et, sans surprise, il n’a pas montré les états d’âme des leaders européens sur la répression qui s’en est suivie. Leurs différends sur la gestion de la guerre en Syrie passent donc désormais à l’arrière-plan.

REPRISE DES ÉCHANGES ÉCONOMIQUES

À la clef, une reprise des échanges économiques. Selon le Kremlin, ils ont chuté de 43% à près de 5,5 milliards d’euros de janvier à mai. Conséquences des mesures de rétorsions imposées par la Russie lorsqu’un de ses avions de chasse a été abattu en novembre dernier par l’aviation turque. Côté tourisme, Moscou a déjà levé ses sanctions. Les vols des compagnies charters à destination de la Turquie vont reprendre d’ici quelques jours. Il y a urgence. La Turquie était jusqu’à l’an dernier, la deuxième destination des russes et leurs arrivées s’étaient effondrées

de 93% en juin sur un an. Au cœur des négociations également deux grands projets énergétiques : le gazoduc TurkStream qui doit relier la Russie à la Turquie via la mer noire et qui doit permettre à la Russie d’exporter son gaz vers l’Europe, en évitant l’Ukraine. Un projet à plus de 11 milliards d’euros. Sans compter la centrale nucléaire d’Akkuyu qui doit être construite en Turquie avec des financements russes. Deux programmes gelés depuis plusieurs mois.

 

 

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

EuropeInternationalNews

Russie : Ergodan et Poutine prêts à oublier le passé pour relancer leurs économies

Russie

Ergodan et Poutine prêts à oublier le passé pour relancer leurs économies

Le président turc rencontre ce mardi son homologue Russe. Le tourisme et le gazoduc TurkStream sont en cœur des discussions

Le président Turc est en visite ce mardi 9 août en Russie. C’est son premier déplacement officiel à l’étranger depuis le putsch raté du 15 juillet. Recep Tayyip Erdogan rencontre Vladimir Poutine dans un palais à 15 km de Saint-Pétersbourg. Une conférence de presse suivra vers 15 h (heure de Paris). Alors que les Occidentaux rechignent à soutenir le régime d’Erdogan, cette visite marque un rapprochement stratégique entre la Turquie et la Russie. Vladimir Poutine a été l’un des premiers

dirigeants étrangers à téléphoner au président turc pour condamner le coup d’État et, sans surprise, il n’a pas montré les états d’âme des leaders européens sur la répression qui s’en est suivie. Leurs différends sur la gestion de la guerre en Syrie passent donc désormais à l’arrière-plan.

REPRISE DES ÉCHANGES ÉCONOMIQUES

À la clef, une reprise des échanges économiques. Selon le Kremlin, ils ont chuté de 43% à près de 5,5 milliards d’euros de janvier à mai. Conséquences des mesures de rétorsions imposées par la Russie lorsqu’un de ses avions de chasse a été abattu en novembre dernier par l’aviation turque. Côté tourisme, Moscou a déjà levé ses sanctions. Les vols des compagnies charters à destination de la Turquie vont reprendre d’ici quelques jours. Il y a urgence. La Turquie était jusqu’à l’an dernier, la deuxième destination des russes et leurs arrivées s’étaient effondrées

de 93% en juin sur un an. Au cœur des négociations également deux grands projets énergétiques : le gazoduc TurkStream qui doit relier la Russie à la Turquie via la mer noire et qui doit permettre à la Russie d’exporter son gaz vers l’Europe, en évitant l’Ukraine. Un projet à plus de 11 milliards d’euros. Sans compter la centrale nucléaire d’Akkuyu qui doit être construite en Turquie avec des financements russes. Deux programmes gelés depuis plusieurs mois.

 

 

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close
Close