CanadaInternationalMoyen OrientNews

Riad : Amnistie internationale réclame la libération des militantes

Grand rassemblement devant l'ambassade de l'Arabie Saoudite à Ottawa, jeudi pour réclamer la libération des douze militantes des droits des femmes emprisonnées depuis maintenant 100 jours. C’était à l’initiative d’Amnistie internationale dont la directrice Béatrice Vaugrante, souligne le cas particulier de certaines femmes détenues pour avoir milité en faveur du droit des Saoudiennes de conduire un véhicule.

Riad : Amnistie internationale réclame la libération des militantes

Montréal par : Abdelkader DJEBBAR

Grand rassemblement devant l’ambassade de l’Arabie Saoudite à Ottawa, jeudi pour réclamer la libération des douze militantes des droits des femmes emprisonnées depuis maintenant 100 jours. C’était à l’initiative d’Amnistie internationale dont la directrice Béatrice Vaugrante, souligne le cas particulier de certaines femmes détenues pour avoir milité en faveur du droit des Saoudiennes de conduire un véhicule.

Celles-ci demeurent détenues depuis mai, alors que le royaume a levé en juin l’interdiction pour les femmes de conduire. Amnistie internationale demande donc à l’Arabie Saoudite d’être conséquente avec ses propres décisions, rapporte La Presse Canadienne.

« Il y a clairement des signes de répression accrue envers les femmes qui défendent les droits de la personne en Arabie Saoudite, et c’est important pour nous de le faire savoir aux autorités Saoudiennes », a déclaré Mme Vaugrante en entrevue avec La Presse Canadienne.

Par ailleurs, Samar Badawi, la sœur du blogueur saoudien Raif Badawi, a elle aussi été emprisonnée au cours de l’été. Elle a été arrêtée en juillet en compagnie d’une autre militante, Nassima al Sada. Pour l’organisation internationale de défense des droits de la personne, le système de justice en Arabie Saoudite est « tout à fait discutable » et « ne respecte pas les normes internationales des droits humains ».

« On dénonce ce système de justice qui condamne parfois des gens pour simplement avoir participé à une manifestation, exprimé une opinion ou défendu une minorité », a martelé Mme Vaugrante.

Le Canada a d’ailleurs eu droit aux félicitations de Mme Vaugrante pour sa prise de position, alors que le gouvernement Trudeau a adopté un ton plus ferme, qui a entraîné une rupture des relations diplomatiques avec l’Arabie Saoudite.

« Le silence et l’inaction, qui ont été les voies préférées par les pays occidentaux, ne donnent rien, alors il est temps de changer de ton », a-t-elle dit.

Le Ministre Saoudien des Affaires Etrangères a répété, mercredi, que l’appel du Canada à la libération immédiate des militantes des droits de la personne, c’était comme si l’Arabie Saoudite exigeait que le fédéral autorise immédiatement la séparation du Québec. Riyad réclame que le Canada admette son erreur et présente des excuses.

A.D

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :