EuropeMoyen OrientNews

Réunion d’Astana: pas de progrès sur la mise en place d’un Comité constitutionnel

ASTANA (Kazakhstan) - Les pourparlers de paix sur la Syrie, du processus d'Astana, qui ont réuni deux jours durant des représentants de la Russie, l'Iran et la Turquie dans la capitale du Kazakhstan, ont buté sur l'élaboration d'une nouvelle Constitution pour la Syrie, a déploré l'envoyé spécial des Nations unies Staffan de Mistura.

Réunion d’Astana: pas de progrès sur la mise en place d’un Comité constitutionnel
Astana par : Aps

ASTANA (Kazakhstan) – Les pourparlers de paix sur la Syrie, du processus d’Astana, qui ont réuni deux jours durant des représentants de la Russie, l’Iran et la Turquie dans la capitale du Kazakhstan, ont buté sur l’élaboration d’une nouvelle Constitution pour la Syrie, a déploré l’envoyé spécial des Nations unies Staffan de Mistura.

Une nouvelle rencontre à Astana, la capitale kazakhe, s’est achevée jeudi sans “progrès tangible” sur la mise en place d’un Comité constitutionnel, a déploré M. de Mistura, regrettant “une opportunité perdue”, dix mois après la volonté affichée à Sotschi par les trois pays de lancer un Comité constitutionnel.

M de Mistura s’est dit prêt à faciliter la semaine prochaine de nouvelles discussions.

Dans un message, il a fait part de sa “profonde gratitude” à son conseiller spécial pour les questions humanitaires Jan Egeland qui présidait jeudi à Genève sa dernière réunion du Groupe de travail de 23 pays. Devant la presse, celui-ci s’est félicité que la Russie et la Turquie aient confirmé lors de cette discussion leur souhait de maintenir leur accord sur des zones démilitarisées à Idleb (nord de la Syrie) .

Dans un communiqué, le département d’Etat américain regrette aussi l’absence d’avancées dans les discussions à Astana.

“Pendant dix mois, l’initiative d’Astana/Sotchi”, en référence aux villes kazakhe et russe où se réunissent ses participants, “a produit une impasse” sur le Comité constitutionnel syrien, a estimé la porte-parole de la diplomatie américaine Heather Nauert.

Selon elle, “mettre en place et réunir, d’ici la fin de l’année, ce Comité constitutionnel à Genève est vital pour une désescalade durable et une solution politique au conflit”.

Le processus d’Astana lancé par Moscou début 2017 est en parallèle avec les autres discussions sur la Syrie à Genève, sous l’égide de l’ONU.

Aps

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voire aussi

Fermer
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :