CultureFranceNewsRevue de presseSanté

Rentrée scolaire : le port du masque dès 6 ans fait débat

Des médecins plaident pour rendre obligatoire le port du masque dès 6 ans, mais la mesure fait débat au regard des études sur le nouveau coronavirus et les enfants.

Rentrée scolaire : le port du masque dès 6 ans fait débat

Des médecins plaident pour rendre obligatoire le port du masque dès 6 ans, mais la mesure fait débat au regard des études sur le nouveau coronavirus et les enfants.

CORONAVIRUS – À moins de 48 heures de la rentrée des classes, les inquiétudes continuent de grandir dans un contexte de recrudescence du nouveau coronavirus. Le masque sera bien obligatoire pour tout élève à partir de 11 ans, y compris pendant la récréation, mais certains veulent aller plus loin. Dans un tribune publiée ce samedi 29 août dans Le Parisien, des scientifiques et médecins plaident pour rendre le masque obligatoire dès 6 ans.

Estimant que le protocole présenté par Jean-Michel Blanquer est insuffisant et ne protège pas suffisamment enfant comme parents et enseignants, ils écrivent que “les enfants de moins de 11 ans sont aussi contaminants que les adolescents ou les adultes”. Ils prennent notamment pour exemple l’Espagne et Italie.

Interviewé dans le JDD ce dimanche 30 août, le Ministère de l’Éducation leur a répondu en rappelant qu’en France les recommandations sanitaires sont directement inspirées par les avis du Haut Conseil à la santé publique. “Nous consultons aussi des médecins spécialistes des enfants. Cette semaine encore, la société française de pédiatrie, dans une réunion à la direction générale de la santé, a validé nos positions. Le port du masque à partir de 12 ans est une recommandation de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et c’est ce que suivent de nombreux pays”, a-t-il précisé.

Le porte-parole du gouvernement dit de son côté ne rien exclure “par principe pour l’avenir”. “Notamment pour les classes de CM1, CM2, je ne suis pas devin, et il peut y avoir des évolutions si l’on constate qu’il y a des transmissions à cet âge-là”, a indiqué Gabriel Attal ce dimanche au Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI. “On regarde en permanence, jour après jour, quelle est la situation”.

Le masque dès 3 ans ?

La position de l’OMS, citée par le ministère de l’Éducation nationale, n’est en réalité pas si tranchée. Même en-dessous de 12 ans, l’OMS invite à réfléchir au port du masque. Il peut selon elle être envisagé entre 6 et 11 ans, à condition de prendre en compte une série de facteurs (le niveau de transmission du virus dans la zone où réside l’enfant, sa capacité à utiliser un masque correctement, etc.).

Certains spécialistes vont encore plus loin et réclament le port du masque dès 3 ans en milieu fermé. “Réduire le risque chez les petits enfants, c’est préserver le plus possible leur scolarisation et protéger leurs parents et grands-parents”, a twitté l’épidémiologiste Antoine Flahault.

D’autres, dont des pédiatres, objectent qu’un enfant si jeune n’est pas capable de garder un masque sur une longue durée.

Au-delà du masque, la pandémie pose la question de l’hygiène dans les écoles, pour limiter les risques de transmission. Or, avant l’arrivée du Covid-19, environ 43% des écoles dans le monde “ne disposaient pas d’installations de base pour le lavage des mains”, selon l’OMS et l’Unicef.

La contagiosité des enfants

C’est la grosse grosses inconnue. Certaines études ont conclu que les enfants avaient une charge virale (c’est-à-dire une concentration de virus) comparable à celle des adultes, et qu’ils étaient donc potentiellement tout aussi contagieux.

Mais la charge virale n’est pas le seul critère: les enfants pourraient être moins contagieux car ils ont moins de symptômes, puisque c’est en toussant ou en éternuant qu’une personne infectée risque de transmettre le virus.

“Quand ils présentent des symptômes, les enfants excrètent la même quantité de virus que les adultes et sont aussi contaminants qu’eux. On ne sait pas à quel point les enfants asymptomatiques peuvent infecter d’autres personnes”, résume l’ECDC. Cependant, des études ont montré que les enfants, surtout les plus jeunes, contaminaient rarement leurs proches.

Parti d’un chalet en Haute-Savoie cet hiver, l’un des premiers foyers en France comprenait un enfant de 9 ans. Or, ce dernier n’a contaminé personne, alors qu’il avait été en contact avec 172 individus, dont 112 élèves et professeurs.

Une autre étude française réalisée à Crépy-en-Valois, commune très touchée par l’épidémie en février-mars, conclut que les enfants de 6 à 11 ans transmettent peu le Covid-19 à l’école, que ce soit aux autres élèves ou aux adultes. Selon ces travaux, la contamination se fait plutôt des adultes vers les enfants que l’inverse. À cet égard, il n’y a d’ailleurs pas de consensus sur le fait que les enfants sont moins infectés. Plusieurs études suggèrent que le virus semble cependant moins infecter les enfants, surtout en-dessous de 10 ans.

Des échantillons représentatifs de la population ont été testés en Islande, en Espagne, à Genève ou dans le village de Vo en Italie, pour déterminer le taux de personnes contaminées ou ayant développé des anticorps : les enfants y étaient proportionnellement moins touchés que les adultes.

“Ces différences sont faibles et restent à confirmer”, prévient toutefois l’ECDC, qui appelle à “des études ciblées pour mieux comprendre la dynamique de l’infection et de la production d’anticorps” chez les enfants.

Source : HuffPost 30/08/2020

 

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :