ASIEMaghrebNewspolitique

Règlement de la crise en Libye : le Vietnam appelle à l’arrêt des hostilités et à la reprise du dialogue

Règlement de la crise en Libye : le Vietnam appelle à l’arrêt des hostilités et à la reprise du dialogue

NEW YORK – Le diplomate Vietnamien chef adjoint de la Mission permanente du Vietnam auprès des Nations Unies (ONU), Pham Hai Anh, a appelé à l’arrêt des hostilités, le respect de la trêve et à la reprise du dialogue en Libye a rapporté jeudi l’agence Vietnamienne d’information (VNA).

 Anh a indiqué « qu’en ce mois du Ramadhan, les parties Libyennes devraient arrêter immédiatement les hostilités, respecter la trêve ainsi que le droit international humanitaire, arrêter de viser les populations et les infrastructures civiles, permettre l’accès humanitaire pour aider les nécessiteux, et combattre la COVID-19. »

« Le rôle de l’ONU, de la Mission d’appui des Nations unies en Libye, des organisations régionales et des pays voisins continuera d’être crucial dans la promotion de la paix dans ce pays » a -t-il ajouté, lors d’une visioconférence de du Conseil de Sécurité de l’ONU sur la situation en Libye.   

Le diplomate Vietnamien, s’est, en outre, dit, dit « préoccupé par le manque de progrès dans la solution politique pacifique en Libye », affirmant sa conviction que « les pourparlers sur les trois volets – politique, sécuritaire et économique – devraient reprendre dès que possible », avant d’ajouter que « toute recherche des activités de soutien devrait se poursuivre, y compris par des moyens à distance si nécessaire. ».

Le nouveau Représentant spécial du Secrétaire Général pour la Libye devrait être « nommé rapidement pour aider efficacement ce processus », a-t-il déclaré dans le même contexte. La délégation Vietnamienne a en outre réitéré que « l’établissement des responsabilités pour les violations du droit international humanitaire et les actes criminels graves doit être fait conformément aux principes fondamentaux du droit international relatifs à l’indépendance et à la souveraineté de l’Etat. »

Lors de la visioconférence à laquelle à participer la procureure de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, les membres du Conseil se sont « inquiétés de l’absence d’exécution des mandats d’arrêts émis par la CPI et, de ce fait, de l’absence de justice pour les victimes d’atrocités de masse. »

La Libye « s’est pourtant prévalue de la capacité de son système judiciaire national à poursuivre tous les accusés en vertu du Code pénal. Rendre la justice sur tout le territoire libyen est une responsabilité qui relève de la souveraineté Libyenne et de la juridiction nationale », a indiqué pour sa part la délégation Libyenne.

Aps

 

 

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :