Etats-UnisInternationalNews

Rashida, n’ira pas en Cisjordanie occupée 

« J’ai décidé que rendre visite à ma grand-mère sous ces conditions oppressives allait à l’encontre de tout ce en quoi je croyais : combattre le racisme, l’oppression et l’injustice », a tweeté Rashida Tlaib, l’Américaine élue démocrate.

Rashida, n’ira pas en Cisjordanie occupée 

Montréal par :  Abdelkader DJEBBAR

« J’ai décidé que rendre visite à ma grand-mère sous ces conditions oppressives allait à l’encontre de tout ce en quoi je croyais : combattre le racisme, l’oppression et l’injustice », a tweeté Rashida Tlaib, l’Américaine élue démocrate.

Rashida Tlaib a annoncé vendredi qu’elle renonçait à rendre visite à sa grand-mère, en Cisjordanie occupée, à cause des « conditions oppressives » imposées selon elle par Israël, dont elle a dénoncé les « politiques racistes » dans son tweet.

Israël avait décidé plus tôt vendredi d’autoriser l’entrée de Mme Tlaib « pour une visite humanitaire à sa grande-mère », après lui avoir refusé dans un premier temps l’accès au territoire en raison de son soutien à la campagne de boycottage de l’État Hébreu, rapporte le Journal de Montréal.

Siégeant à la Chambre des représentants depuis janvier 2019, Rashida Tlaib, 43 ans, est la première élue au Congrès Américain d’origine Palestinienne ainsi que l’une des deux premières femmes musulmanes à la Chambre.

À la suite de l’appel du Président Américain Donald Trump, Israël avait annoncé jeudi avoir interdit la visite de Mme Tlaib et de l’autre élue Américaine musulmane du Congrès, Ilhan Omar, en raison de leur soutien au mouvement de boycottage.

Mais dans la nuit, Rashida Tlaib avait écrit aux autorités Israéliennes pour leur demander de pouvoir visiter sa famille, et plus particulièrement sa grand-mère, qui vit dans le village de Beit Ur Al-Fauqa, près de Ramallah, en Cisjordanie occupée.

Ces deux membres de l’aile gauche du Parti démocrate, proches de la figure montante de la gauche Américaine Alexandria Ocasio-Cortez, sont aussi les premières femmes musulmanes élues au Congrès. Elles font en outre partie de la « bande des quatre », ces élues démocrates à qui Trump a dit de « rentrer chez elles ».

Elles avaient prévu d’atterrir ce week-end à Tel-Aviv afin de visiter ensuite les Territoires Palestiniens, où elles étaient chaleureusement attendues.

Mais à la suite d’une polémique dans la presse locale et d’une demande du Président des Etats-Unis – dont elles sont des adversaires politiques –, le Ministère Israélien de l’Intérieur avait décidé jeudi de leur interdire l’entrée en Israël, estimant que leur visite s’inscrivait dans le cadre « d’activités de boycott anti-Israélien ». Le gouvernement justifiait sa décision par l’existence d’une loi Israélienne permettant depuis 2017 d’interdire l’entrée aux partisans du mouvement BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions).

A.D

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :