AlgérieEconomieNews

Ramadan : La traditionnelle lutte

Ramadan : La traditionnelle lutte

Par : Abdelkader DJEBBAR

Dès que Ramadan annonce ses couleurs, c’est la levée des boucliers pour « lutter contre la vie chère » comme si les Algériens ne vont au marché que pendant ce mois sacré. Et les autres jours, aujourd’hui, par exemple ?

Au Ministère du Commerce, on se retrousse les manches « pour barrer la route aux spéculateurs » qu’ils soient dans le gros ou dans le détail. Un plan  d’action sera bientôt dévoilé dans les détails. Pour l’instant on reste dans le gros.

L’axe principal de ce plan consiste en un suivi quotidien et en temps réel des prix pratiqués dans les marchés de gros et de détail. Ce suivi se fera par l’organisation au sein de chaque wilaya, de « brigades permanentes pour le relevé des prix ».

Les données collectées concernant les prix des produits de large consommation, notamment les fruits, légumes et viandes, seront entrées le jour-même dans une application qui centralisera les informations au niveau national et au niveau de chaque wilaya. Celle-ci permettra de suivre les prix pratiqués en temps réel et de détecter toute hausse de ceux-ci.

Dans ce cas, « les directions du Commerce pourront ordonner des déstockages », selon l’intervenant qui a expliqué que ce système informatique sera un « outil de suivi et d’alerte ».

 

Des marchés spécifiques pour le Ramadan seront également organisés, afin de faciliter la distribution des produits de large consommation. Ces marchés itinérants seront, « peut-être » transformés en marchés permanents, selon le Ministre du Commerce.

La spéculation sera elle aussi prise en charge par ce plan. « Dans les cas de détention de stocks à des fins spéculatives, les enquêteurs iront dans la wilaya et dans le marché et ils vont remonter la filière », en précisant que « c’est un travail d’alerte, il y a un système d’information en temps réel et un système d’alerte en cas de hausse des prix ».

Le mois de ramadan étant une période où la consommation de viandes rouges et blanches connaît un pic important en Algérie, le Ministre du Commerce est revenu sur les informations faisant état de l’importation de viandes bovines de France.

« Quant à l’importation des viandes, quel que soit le pays fournisseur, il y a des réglementations, le Ministre de l’Agriculteur a été tout à fait clair. Si quelqu’un veut importer de la viande, il y a un dossier sanitaire qu’il dépose quel que soit le pays (fournisseur) », déclare-t-on. On va même jusqu’à préciser  qu’« on ne fait pas de discrimination sur les pays si la viande est conforme sur le plan sanitaire. Mais ce n’est pas que pendant Ramadan que les prix pratiqués sont illégalement élevés. Il faut alors penser aux onze autres mois de l’année…

A.D

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :