Analyse

Rakka et la légalité internationale

Rakka et la légalité internationale

Par : Kharroubi Habib

Au mépris du droit international et sous prétexte de combattre l’organisation terroriste autoproclamée Etat islamique là où sont ses postes de commandement et le principal de ses forces, la coalition militaire conduite par les Etats-Unis s’est arrogé le droit d’intervenir en Syrie dont le gouvernement légal contrairement à celui de l’Irak n’a pas été demandeur de son appui. Il en résulte que les opérations menées par cette coalition sur le territoire syrien sont une violation flagrante de la légalité internationale que ne parviennent pas à masquer les arguties que développent Washington et ses alliés pour tenter de la justifier.

Les autorités syriennes n’ont pas manqué de dénoncer ces atteintes à la souveraineté de leur pays et averti qu’elles ne resteront pas sans réagir pour faire respecter celle-ci. Elles ne manqueront probablement pas à le faire si cette coalition en vient à vouloir concrétiser la « feuille de route » qu’elle s’est établie prévoyant qu’une fois l’offensive en cours pour reprendre en Irak la ville de Mossoul à l’organisation terroriste autoproclamée Etat islamique ayant atteint son objectif, il s’agira pour elle de poursuivre celle-ci en Syrie, à Rakka plus précisément, ville dont elle a fait avec Mossoul l’une des deux capitales de son pseudo-khalifat.

Il n’échappe à personne qu’en Syrie la véritable cible de la coalition menée par Washington est le régime de Bachar El Assad. Contre celui-ci les Etats qui la composent soutiennent une « rébellion » qui est le fait de groupes armés qui ne font nullement mystère de leur appartenance à la mouvance islamo-djihadiste matrice du terrorisme international. Ils ont même un temps fourni à l’Etat islamique en Syrie de l’aide multiforme afin que ses combattants contraignent les forces de Damas à se battre sur plusieurs fronts. ^

Ce qui a réduit la pression qu’elles ont militairement exercée sur la « rébellion » sur laquelle la coalition fonde ses plans pour la Syrie.

L’opération de Rakka dont il a été débattu avant-hier à Paris est bien entendu présentée comme étant devenue indispensable pour empêcher l’Etat islamique de rassembler ses forces fuyant la ville de Mossoul et les remettre en ordre de bataille. Si tel est uniquement le but de la coalition, pourquoi a-t-elle d’ores et déjà affirmé qu’elle agira en Syrie sans consultation avec le régime et ses alliés ? Tout simplement parce qu’elle sait que ceux-ci ne sont pas dupes de ce qu’elle veut atteindre à Rakka : à savoir reprendre Rakka à l’organisation autoproclamée Etat islamique pour en confier le contrôle à la prétendue rébellion « modérée » qui partout ailleurs en Syrie n’a plus d’existence que celle que lui octroie la propagande des puissances étrangères anti-régime. La ville deviendrait ainsi la base où les Etats de la coalition prendront pied en territoire syrien et d’où pensent-ils pourront monter et lancer l’offensive « finale » contre les forces du régime. Ce qui revient de leur part à jouer avec le feu car Damas et ses alliés ne laisseront probablement pas ce scénario se dérouler et ses concepteurs atteindre leurs objectifs.

 

Montrer plus
Error, no Ad ID set! Check your syntax!

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :