Analyse

Qui a frappé en Syrie ?

Qui a frappé en Syrie ?

Par : Kharroubi Habib

Hier, 18 juin, des frappes aériennes ont visé une base de l’armée Syrienne située dans le sud-est d’Al-Bukamal, une ville de la région de Deir Ez-Zor dont les forces gouvernementales et celles de la coalition occidentale menée par les Etats-Unis se disputent le contrôle.

Les médias publics Syriens qui ont rapporté l’information attribuent l’attaque à l’aviation de la coalition alors que Washington tout en confirmant avoir eu connaissance qu’il y a eu effectivement des frappes aériennes sur la base en question a néanmoins démenti qu’elles ont été menées par des forces Américaines ou de la coalition dirigée par les Etats-Unis.

Pour une fois, l’on est tenté de faire crédit à une dénégation américaine se rapportant aux agissements de la coalition occidentale. L’on voit mal en effet pourquoi les Etats-Unis tenteraient de se disculper d’avoir mené l’opération alors qu’ils ont pour habitude de communiquer franchement quand ils entreprennent de le faire. De plus, rien ne s’est produit dans la région de Deir Ez-Zor entre l’armée syrienne et les forces de la coalition ou de ses alliés syriens qui aurait donné prétexte à celle-ci d’entreprendre des frappes contre une position gouvernementale. La réalité des frappes étant affirmée, l’identité de leurs auteurs est à rechercher plus probablement du côté israélien. Ce n’est pas un fait du hasard si les frappes en territoire syrien ont eu lieu peu après que le Premier ministre Benyamin Netanyahu ait affirmé devant la Knesset d’Israël que son pays va entreprendre des actions en Syrie pour contraindre l’Iran à quitter ce pays et qu’il en a informé le Président Russe.

La base ciblée ce 18 juin abritant selon des sources d’importants effectifs militaires iraniens et de miliciens chiites irakiens épaulant les forces gouvernementales syriennes, il est plus plausible d’attribuer l’attaque l’ayant visée à des aéronefs de l’Etat sioniste. Ce qui n’est pas pour irriter Washington qui soutient à fond celui-ci. Ce n’est pas la première fois qu’Israël lance des attaques aériennes contre des positions de l’armée syrienne censées abriter soldats et équipements militaires iraniens. En faisant de la sorte, l’Etat sioniste cherche à faire réagir Téhéran et à l’amener d’entreprendre des répliques contre son territoire ou à s’en prendre à des sites en Syrie où sont présentes les forces de la coalition occidentale et leurs supplétifs syriens. Ce qui lui offrirait de même qu’à cette coalition occidentale le prétexte d’une intervention militaire en Syrie de plus grande ampleur que celle dans laquelle ils sont présentement engagés.

L’axe Américano-israélo-Saoudien s’est résolu à l’évidence de faire monter la pression sur l’Iran et de le pousser à la confrontation dont il semble convaincu que l’issue ne pourrait être que la défaite de la République islamique et par voie de conséquence un changement de régime à Téhéran et l’enterrement du programme nucléaire iranien. Cela sans tenir compte évidemment que l’histoire est riche en batailles censées être victorieuses à coup sûr pour leurs stratèges mais qui ont tourné à la « bérézina » pour eux en fin de compte.

KH.H

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :