Analyse

Quand Aqmi se dévoile pour ce qu’elle est

Quand Aqmi se dévoile pour ce qu’elle est

Par : Kharroubi Habib

Peu après l’attaque terroriste ratée contre le site gazier de Kherichba, Aqmi a revendiqué l’opération en soulignant qu’elle s’inscrit dans le cadre de la guerre qu’elle mène «contre les croisés qui ont fait main basse sur le pétrole et le gaz des musulmans».

L’explication donnée par l’organisation terroriste à son action criminelle est un ressassé de la motivation qu’elle dit avoir de commettre des attentats et attaques terroristes même quand ceux-ci visent des cibles dont le lien avec les «croisés» n’a aucune existence. Cela n’a pas été pour étonner par conséquent qu’elle mette son attaque avortée au compte du prétendu djihad contre les «croisés» et leurs intérêts qui en l’occurrence sont pour elle British Petroleum (BP) et la société pétrolière norvégienne Statoil partenaires de Sonatrach dans le site gazier de Kherichba.

Le surprenant de la part d’Aqmi est qu’après avoir émis sa revendication de l’attaque ratée, elle a diffusé un autre communiqué où elle a annoncé «avoir renoncé pour le moment à mener des attaques contre des champs pétroliers des entreprises étrangères dans le Sud algérien» en échange «d’une protection qu’elle assurerait» aux entreprises étrangères et en appelant celles-ci à négocier avec elle leur sécurité faute de quoi elle «va leur mener une guerre totale», affirmant qu’elle possède «les moyens nécessaires» pour engager ce type d’opération.

Tout comme son attaque ratée qu’elle a montée pour tenter de démontrer qu’elle est toujours en capacité de déjouer le dispositif sécuritaire mis en place par l’Algérie pour se défendre contre les actions terroristes, son message à destination des entreprises étrangères est une forfanterie du même acabit. Son message laisse entendre en effet que l’attaque de Kherichba ne serait pas un échec mais une opération «graduée» ainsi voulue par elle pour faire comprendre aux entreprises étrangères qu’elles sont toujours sous sa menace malgré le déploiement sécuritaire algérien.

En réalité et l’attaque ratée de Kherichba et le message adressé par Aqmi aux entreprises étrangères en partenariat avec Sonatrach sont à décrypter comme révélateurs : que l’organisation terroriste est aux abois, ses capacités de nuisance étant sérieusement mises à mal par la traque que lui font l’ANP et les forces de sécurité, et les pertes que cela lui inflige, qu’elle est aussi confrontée au tarissement de ses ressources financières qu’elle imagine et espère renflouer par le chantage mafieux qu’elle fait à ces «croisés» auxquels elle prétend avoir déclaré une «guerre sans merci et compromis».

Les entreprises étrangères à qui a été adressé le message d’extorsion de fonds d’Aqmi deviendraient coupables du crime de financement du terrorisme si elles se plient à son injonction. Elles sont parfaitement renseignées que l’attaque de Kherichba a été un foireux coup d’esbroufe de la part d’Aqmi et que le dispositif sécuritaire mis en place pour protéger les sites pétroliers et gaziers prémunit ces lieux d’opérations terroristes les ciblant. En cédant au chantage des terroristes, elles amoindriraient l’efficience de la stratégie de lutte que l’ANP et les forces de sécurité algériennes appliquent avec des succès probants et reconnus. Cela, les autorités algériennes ne sauraient le tolérer de partenaires étrangers fussent-ils indispensables pour le secteur énergétique national.

 

Montrer plus
Erreur, aucun identifiant de pub n'a été mis! Vérifiez votre syntaxe.

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :