AlgérieEconomieNews

Projet de la Loi des Finances 2018 Des tonnes d’espoirs….

Projet de la Loi des Finances 2018

Des tonnes d’espoirs….

Synthèse par : Abdelkader DJEBBAR

Durant toute la semaine, les députés vont parler finances avec sur leur tablette le projet de Loi des Finances 2018  présenté, dimanche 12 novembre à l’APN par le ministre des Finances. La principale caractéristique du texte élaboré cette année par le gouvernement est une croissance exceptionnelle des dépenses publiques.

L’une des premières décisions du gouvernement Ouyahia, et certainement la plus importante, a donc  été de remettre en cause la trajectoire budgétaire 2016- 2019, adoptée l’année dernière par le Conseil des ministres et approuvée par le Parlement. Elle prévoyait un plafonnement des dépenses pendant une période de trois ans.

Les informations disponibles sur le site du ministère des Finances (DGPP) indiquent en effet que les dépenses effectuées dans le cadre de l’exécution du budget de l’État sont passées d’un sommet historique de 7.656 milliards de dinars en 2015 à 7.297 milliards en 2016 avant de décliner de nouveau suivant les prévisions de clôture à près de 7.000 milliards de DA en 2017.

Pour tempérer, Ouyahia n’hésite pas un instant à souligner d’emblée « il n’y a aucune inquiétude à avoir, le gouvernement a trouvé la parade à la crise . Elle s’appelle par euphémisme “le financement non conventionnel”. En réalité, il s’agit de recourir à la planche à billets pour financer les dépenses de l’État qui vont de nouveau augmenter globalement de presque un quart à partir de l’année prochaine.

Les salaires des fonctionnaires, bien sûr, sont garantis et il y aura même, nous dit-on, près de 15.000 nouveaux recrutements dans la fonction publique. Pourtant, il y a à peine quelques semaines, une circulaire du Premier ministère insistait sur l’austérité.

Concernant les retraités, Ahmed Ouyahia promet que, l’année prochaine, l’État va accroître sensiblement sa contribution au Fonds national des retraites qui assure déjà près d’un quart des dépenses de la Caisse nationale des retraites (CNR).

La loi de finances 2018 prévoit également une contribution exceptionnelle et colossale de plus de 500 milliards de dinars destinée à équilibrer les comptes de la Cnas.

Pas de souci non plus du côté des entreprises publiques, Sonatrach et Sonelgaz en tête, qui seront même les principales bénéficiaires du nouveau dispositif en récupérant leurs créances en souffrance depuis plusieurs années. Ces deux groupes attendent des remboursements de respectivement 9 milliards et 6 milliards de dollars, soit un total de 15 milliards de dollars. Peut-être même davantage puisque, pour Sonatrach, le ministre des Finances a même évoqué, hier 12 novembre, un chiffre de 900 milliards de dinars, donc près de 8 milliards de dollars … Les chiffres embaument l’hémicycle de l’APN…

(A.D. avec TSA)

 

 

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Close
Close