MaghrebNews

Procès du Hirak : les accusés interrogés pour la première fois

Procès du Hirak : les accusés interrogés pour la première fois

CASABLANCA- Les militants du mouvement de contestation du Hirak, interrogés vendredi pour la première fois depuis le début de leur procès-fleuve à Casablanca, se sont ardemment défendus de toute intention séparatiste, rapportent des médias.

La parole n’avait pas été donnée à ces militants depuis la mi-septembre.Ils sont jugés pour différents motifs liés à la contestation sociale ayant agité pendant des mois la région historiquement frondeuse du Rif, dans le nord du pays.

Ils sont 54 à être poursuivis par la chambre criminelle de la cour d’appel de Casablanca, mais c’est le nom de Nasser Zefzafi, meneur du mouvement, qui a été le plus souvent cité, même si son témoignage n’est pas prévu ce jour.La salle est comble. De nombreux journalistes et les proches des prévenus ont fait le déplacement.

Mounaim Asertihou, propriétaire d’un café, est le premier appelé à la barre. Comme beaucoup, il est notamment jugé pour “incitation à participer à une manifestation non déclarée”, mais les questions du président de la cour portent surtout sur des soupçons de séparatisme et sur ses liens avec Nasser Zefzafi.

Sur un grand écran installé pour l’occasion dans la salle d’audience, le magistrat projette une photo qui montre le prévenu aux côtés du leader du mouvement, héraut de la colère populaire avec ses diatribes enflammées contre l’Etat “corrompu” ou “l’arbitraire du makhzen” (pouvoir).

“Quels liens entreteniez-vous avec Zefzafi?”, lui demande le président de la cour. “Aucun”, répond le jeune homme. “C’est juste une photo, tout le monde connaît tout le monde à Al-Hoceima”, en référence à la ville d’origine de Zefzafi devenue l’épicentre de la contestation.

Les avocats de la défense protestent: pour eux, les questions du président n’ont “rien à voir” avec les poursuites.

Mais le magistrat rejette ces objections et fait défiler d’autres images sur son vidéoprojecteur. Il s’arrête sur l’une d’elles montrant un portrait de Zefzafi accroché sur l’un des murs du café de Mounaim. “C’est un serveur qui l’a mis quand j’étais en voyage à Nador. Je l’ai enlevé dès mon  retour”, se justifie-t-il, provoquant quelques rires dans la salle.

Nasser Zefzafi est devenu le visage de la contestation, son nom est désormais célèbre au Maroc. Arrêté en mai pour avoir interrompu le prêche d’un imam ouvertement hostile au Hirak, de lourdes accusations pèsent sur lui, comme celle d'”atteinte à la sécurité de l’Etat” –théoriquement passible de la peine de mort.

A la suspension de séance, dans le box, Nasser Zefzafi et ses compagnons entonnent le point levé: “Je jure de ne jamais trahir ma cause (…) vive le Rif (…)”.

Les familles des prévenus s’approchent du box pour les saluer et font le signe de la victoire.

Une manifestation a eu lieu samedi dernier à Jerada (nord-est du Maroc), au lendemain de négociations avec une délégation ministérielle venue pour tenter d’apaiser la contestation sociale agitant depuis plus de trois semaines cette ancienne ville minière, ont rapporté des médias.

Le mouvement de protestation a été provoqué par la mort accidentelle, fin décembre, de deux frères piégés dans un puits désaffecté où ils cherchaient du charbon. Depuis, des rassemblements pacifiques dénoncent régulièrement “l’abandon” de cette ville sinistrée depuis la fermeture de ses mines en 1998.

Aps

 

 

 

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voire aussi

Fermer
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :