Analyse

Poutine et les médias russes ont déshabillé le Parlement européen

Poutine et les médias russes ont déshabillé le Parlement européen

Par : Kharroubi Habib

La montée de l’extrême droite en Europe, le Brexit, la victoire de Donald Trump aux Etats-Unis, celle annoncée en France de François Fillon et toutes les autres « mauvaises » nouvelles dont l’accumulation effarouche et sidère l’establishment occidental seraient selon le Parlement de l’Union européenne le produit du complot fomenté par Poutine contre les pays démocratiques auquel les médias russes sont parvenus à procurer le soutien de citoyens de ces pays naïfs et inconscients de l’avenir qu’il leur réserve en cas de son succès.

Le Parlement européen s’est toute honte bue prévalu de cette explication sur les causes des déconfitures infligées à l’establishment occidental par le suffrage universel pour voter une résolution liberticide visant ni plus ni moins à restreindre l’influence que des médias russes sont parvenus à capitaliser en Europe en faisant entendre à ses populations d’autres vérités sur l’état et la conduite des affaires du monde que celles fabriquées et assénées par cet establishment et les médias qui lui sont acquis.

Désorientés mais refusant d’admette qu’ils font l’objet d’un rejet populaire qu’ils ne doivent qu’aux désastreuses situations dans lesquelles ils ont fourvoyé leurs pays et leur peuples, les élites occidentales instrumentalisent la classique « main » de l’étranger, en l’occurrence Poutine et les médias russes. N’hésitant pas ce faisant à verser dans la théorie du complot sans peur du ridicule d’être tombés dans le camp des « complotistes » dont ils dénoncent les visions et explications quand elles contredisent ou démontent leurs propres « vérités ». Avec sa résolution sur les médias russes, le Parlement européen s’en est pris à la liberté d’expression dont il prétend être l’un des plus résolus défenseurs et le promoteur des protections visant à son respect à travers le monde. Il a en effet administré si besoin est la preuve que pour les élites occidentales cette liberté d’expression n’est pas aussi sans limites et restrictions qu’elles le prétendent quand elle n’est pas porteuse de menaces pour la subjugation dans laquelle elles tiennent leurs opinions nationales. Comme un parlement d’un Etat antidémocratique, celui de l’Europe s’en est pris au dogme de la liberté d’expression dès lors que son respect alimente la rupture qui est en train de s’élargir entre l’establishment et les couches populaires faisant apparaître que celles-ci ne se reconnaissent plus dans les systèmes et les modèles que le premier leur impose.

Au lieu de prendre acte de cette réalité et de convenir que les peuples européens aspirent à un changement de systèmes et de modèles, les parlementaires européens partie prenante de l’establishment qui assure la pérennité de ces derniers ont fait dans la diversion consistant à donner à croire que la démocratie en Europe est en danger non pas à cause des errements de son propre establishment mais du fait de la liberté d’expression qui permet aux médias russes de « déverser » sur les naïfs citoyens mensonges et faussetés sur cette démocratie et la situation de leurs pays respectifs. L’on savait le credo de l’Europe sur la démocratie et la liberté n’être en fait destiné qu’à faire accepter la « fatalité » de la prédominance de l’ordre voulu par les élites. Le Parlement européen a encore plus ancré cette conviction avec sa scélérate et liberticide résolution. Laquelle ne changera rien à l’irrésistible réaction de rejet des establishments que manifestent en des formes diverses les couches populaires occidentales.

 

Montrer plus

Articles Liés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Voire aussi

Fermer
Fermer
Fermer
%d blogueurs aiment cette page :