Pourquoi 4,5 millions de Néerlandais travaillent-ils à temps partiel et ne font pas plus d’heures ?

La pénurie sur le marché du travail s’accentue et divers secteurs sont confrontés à un manque considérable de personnel. Pendant ce temps, les Pays-Bas sont connus comme les champions du travail à temps partiel, selon les chiffres de Statistics Netherlands. Pourquoi tant de Néerlandais travaillent-ils trois ou quatre jours par semaine ? Et que faut-il faire pour changer cela ?

Sur les 9,4 millions de personnes enregistrées comme travaillant au cours des premiers mois de cette année, un peu plus de 4,9 millions travaillent à temps plein. Ce n’est pas le cas de 4,5 millions de personnes ayant un emploi. Ce sont surtout les femmes, environ trois millions, qui travaillent à temps partiel. La plupart des travailleurs à temps partiel sont employés dans des secteurs tels que l’hôtellerie et la restauration, le commerce et les transports. Mais aussi dans les secteurs de la santé, de l’éducation et de l’administration, un nombre relativement important de personnes travaillent à temps partiel.

Comment faire en sorte que les travailleurs à temps partiel fassent plus d’heures ?

« Ce n’est pas compliqué : il faut rendre plus attractif le fait de travailler plus d’heures pour les temps partiels. C’est ce que beaucoup de gens souhaitent, surtout parmi les employés ayant des emplois plus modestes », déclare un porte-parole de l’association d’employeurs AWVN.

Que peuvent donc faire les entreprises ?

« Les employeurs doivent alors également examiner de plus près les horaires, afin qu’il soit également plus facile pour les employés d’organiser la garde de leurs enfants. » L’AWVN souligne également que quelque chose doit changer en matière de fiscalité. « Si vous commencez à travailler plus, cela signifie un revenu plus élevé. Ensuite, les gens n’ont plus droit à certaines allocations. »

Pourquoi tant de personnes travaillent-elles à temps partiel ?

« C’est un morceau de culture », sait Nic Vrieselaar, économiste de Rabobank. « Et en plus de cela, il y a beaucoup de bons emplois à temps partiel dans notre pays. Vous pouvez être chef d’un département et travailler quatre jours. Ou un bon médecin qui travaille trois jours. L’offre d’emplois à temps partiel est importante. En outre, de nombreux employés commencent leur premier emploi à temps partiel, comme c’est souvent le cas dans les secteurs de la santé et de l’éducation. »

Lire aussi:  Le défi climatique de Rutte IV : des mesures supplémentaires sont nécessaires pour atteindre l'objectif.

Le temps partiel fait-il aussi partie de la tradition aux Pays-Bas ?

« C’est notre histoire et notre culture », déclare Geraldine Septer de Het Potentieel Pakken, une fondation qui s’efforce d’exploiter pleinement le potentiel de notre marché du travail. « Nous constatons, par exemple, dans le domaine des soins et de l’éducation, que les gens travaillent à temps partiel. Dès l’école, on a dit à ces gens de choisir ça, parce que c’est un travail lourd. »

En outre, il existe une pression des cercles sociaux et les femmes propagent encore l’idéologie de la maternité entre elles, estime Mme Septer. « En plus de travailler, ils veulent aussi s’occuper des enfants ».

Y a-t-il aussi des personnes qui choisissent le temps partiel parce que les coûts mensuels sont faibles, par exemple ?

Lire aussi:  Les prix des denrées alimentaires baissent pour le cinquième mois consécutif

Certes, certaines personnes ont remboursé une grande partie de leur prêt hypothécaire, par exemple, et ont donc des frais mensuels moins élevés. « Ensuite, vous pourrez vous demander pourquoi vous devez encore travailler à plein temps. Dès que vous avez le budget pour cela, vous pouvez préférer « acheter » du temps libre en travaillant moins », explique Vrieselaar, économiste chez Rabo.

Les employés peuvent-ils décider eux-mêmes s’ils veulent travailler moins ?

« Oui, aux Pays-Bas, nous avons le droit légal de travailler à temps partiel », déclare M. Vrieselaar. « Un employeur ne peut refuser que dans certaines circonstances exceptionnelles. Par exemple s’il s’agit d’un poste où le salarié est indispensable. Ou s’il existe des raisons économiques commerciales impérieuses. »

Related articles

Share article

Derniers articles

Première convention collective importante ouverte : l’industrie de la maintenance gagne 10,3 % | Économie

La première grande convention collective de notre pays a été cassée pour fixer le pouvoir d'achat des travailleurs. Environ 16 000 employés du secteur...

L’accord de Polder sur la lutte contre la crise des coûts est plus éloigné que jamais | Economie

Les employeurs, les syndicats et le cabinet ne parviennent pas à conclure un accord social pour faire face à la crise des coûts et...

Les pays de l’UE se chamaillent encore au sujet d’un éventuel plafonnement du prix du gaz | Economie

Les États membres de l'UE ne sont toujours pas d'accord sur la forme que devrait prendre un plafonnement des prix du gaz et sur...

Groupe d’économistes : le système de points pour le loyer maximum devrait être supprimé | Logement

Abolir par étapes le système d'évaluation des logements (système de points) pour déterminer le loyer maximum d'un bien locatif. C'est ce que conseille au...

Première convention collective importante rompue : les agents d’entretien obtiennent 10,3 % de plus | Économie

La première grande convention collective de notre pays a été ouverte pour réparer le pouvoir d'achat des travailleurs. Environ 16 000 employés du secteur...